Agglomération chalonnaise

Un grand merci aux bénévoles de la collecte alimentaire de la FACE

Par Jean-Claude Reynaud

Publié le 13 Juillet 2021 à 08h00 , mise à jour le 13 Juillet 2021 à 08h59

Chaque année le Grand Chalon reçoit les bénévoles de la collecte alimentaire de la FACE. En 2021 on n’a pas dérogé à la tradition.

« La moindre des choses, c’est qu’on vous dise merci ». Des propos adressés ce vendredi par Sébastien Martin aux bénévoles de l’édition 2021 de la collecte alimentaire de la FACE (Fédération des associations chalonnaises d’entraide). Des bénévoles réunis dans la salle du conseil du Grand Chalon, à l’occasion de la traditionnelle réception post-collecte. Le président du Grand Chalon avait à ses côtés Annie Lombard, vice-présidente en charge de la politique de la ville, des solidarités, de l’emploi et de l’insertion, Annie Sassignol, conseillère communautaire déléguée à l’action solidaire, et Raphaël Jimenez, président de la FACE. Dans l’assistance on remarquait la présence notamment de Bruno Legourd, adjoint en charge des affaires sanitaires et sociales, et celle de Dominique Rougeron et Isabel Paulo, conseillères municipales. 

Plus de 5,3 tonnes collectées en 2021 

Cette année, la collecte s’est déroulé les 4 et 5 juin dernier dans onze magasins de la région chalonnaise et a mobilisé quelque 150 bénévoles issus d’une quinzaine d’associations et structures. Au final, elle a rapporté très précisément 5 311,3 kg de denrées alimentaires. Un résultat moindre que les éditions précédentes mais néanmoins satisfaisant, eu égard à la crise sanitaire que nous vivons actuellement.

L’importance du bénévolat

Sébastien Martin n’a pas manqué de rappeler que les produits ainsi ramassés ont été entièrement reversés à l'épicerie sociale du Grand Chalon et aux bénéficiaires du centre alimentaire d’urgence de la FACE. Faisant remarquer que 400 familles étaient venues en 2020 faire leurs courses dans la dite épicerie. Le président Martin a également souligné le rôle joué par les associations et les bénévoles si on veut garder une société humaine.

Gabriel-Henri THEULOT