Culture

Pauvres riches ! Dans «Un chalet à Gstaad » de Balasko ils vacillent sur leurs bases…

Pauvres riches ! Dans «Un chalet à Gstaad » de Balasko ils vacillent sur leurs bases…

C’était ce mercredi soir la der des Théâtrales pour la saison 2021-2022 à l’Espace des Arts de Chalon-sur-Saône. Et quoi de plus jouissif qu’une comédie dont l’auteure est Josiane Balasko, par ailleurs metteuse en scène et comédienne, pour assurer cette finitude ? Le public a répondu à l’appel d’ »Un chalet à Gstaad », et ne s’est pas fait prier pour se fendre la pipe quand bon lui semblait.

Josiane Balasko a brandi le couteau suisse du burlesque

Qui pensait naïvement que l’existence des personnes nanties s’avérait de tout repos ? Dans la pièce précitée les heurs et malheurs de cette caste aura permis d’y voir plus clair à travers le prisme de la vérité toute nue. Au cours d’une montée en puissance le vernis a craqué chez les tenants d’une très grande aisance financière, laissant apparaître des sentiments et un fond de pensée pas toujours vertueux. Exit alors les mondanités, et place aux règlements de comptes après du papotage aigre-doux. Josiane donne le ton et ne l’envoie jamais dire. « Il fait un vent à décorner les cocus », a-t-elle notamment allégué. L’alcool coulant à flots, ce vecteur de communication aux allures de miroir aux alouettes a fait des ravages parmi cette classe supérieure. Parfois la caricature est outrancière comme par exemple avec cette jeune femme (Armelle) pleine aux as, cependant boursouflée d’affectation et terriblement nunuche ! L’amitié de départ des protagonistes se mue en inimitié, on se tire dans le dos sans ménagement, le langage graveleux voire ordurier constitue une arme redoutable. Gare aux oreilles sensibles plutôt enclines à la bien-pensance ! L’exil fiscal joue en outre sa partition, surtout lorsqu’un coach spirituel arrive comme un chien dans un jeu de quilles en jouant l’oiseau de mauvais augure, promettant un assèchement des avoirs…Pleurez donc à chaudes larmes, jetez cependant du sel sur les murs, allez brûler un cierge à l’église la plus proche, il en va d’un statut qui risque à chaque moment de péricliter…

 

Des têtes d’affiche à faire saliver…

La saison 2022-2023 des Théâtrales chalonnaises est aguicheuse sur le papier, puisque Pierre Arditi, Marie-Anne Chazel, Gérard Darmon, Régis Laspalès, Vanessa Paradis et Stéphane Plaza font partie de la programmation. Ouverture des abonnements le mardi 3 mai dès 9h. Contacts : www.les-theatrales.com, par téléphone (Fanny Liziard au 03 85 46 65 89), ou alors sur place, au Parc des Expositions de chalon. Dans ce cas prendre rendez-vous auprès de Fanny du lundi au vendredi de 9h à 12h, et de 14h à 17h (03 85 46 65 89, [email protected]).

 

                                                                                                               Michel Poiriault

                                                                                                               [email protected]wanadoo.fr