Saône Doubs Bresse

CONFLU’ART 2018 : Grâce à Mireille Fouchecourt, Verdun-sur-le-Doubs va de nouveau être « the place to be » des amateurs d’art contemporain

Pour son édition 2018, qui se tiendra du 14 au 30 août, Conflu’Art reste fidèle à l’esprit qui a présidé à sa création : faire confluer les arts à Verdun-sur-le-Doubs, plus exactement au sein des anciennes halles, pour les rendre accessibles à tout un chacun. Il accueille cette année de nouveaux artistes et reçoit Alain Kremski, un musicien de renom qui donnera deux concerts dont l’entrée est libre, ouverte à tous. Focus sur la créatrice et la cheville ouvrière d’un évènement désormais bien installé dans le paysage artistique : Mireille Fouchecourt.

Mettre en valeur un territoire, Mireille Fouchecourt sait faire. Très bien, même. Elle sait si bien le faire d’ailleurs, qu’elle a récemment été médaillée pour les 20 années qu’elle a passées à promouvoir touristiquement celui de Saône Doubs Bresse (Lire ICI).

Une âme de galeriste

Ceci étant dit, cette ex-professeure de gymnastique férue de danse (Lire ICI) aurait tout aussi bien pu être une bonne galeriste, c’est-à-dire l’exact contraire de celles et ceux qui, il y en a, vivent sur le dos des artistes, plus qu’ils ne les font découvrir au public. Pour s’en convaincre, il n’est qu’à fréquenter régulièrement Conflu’art, l’exposition d’œuvres d’art contemporain qu’elle organise inlassablement chaque année (Lire ICI). A rebours de certaines éditions de la Foire Internationale de l’Art Contemporain (FIAC), que les caricaturistes de Charlie Hebdo ou d’autres publications un peu moins satiriques et grinçantes adorent brocarder (Voir ICI), on ne ressort pas de Conflu’Art en se disant, en écho à un Michel Audiard volontiers moqueur sur ce point (Voir ICI), que « sur le plan de l’arnaque, les coups tordus ne sont rien, vous entendez, rien à côté » de l’art contemporain. Tout ce qui s’y trouve exposé (Lire ICI), qu’on aime ou pas, ne laisse jamais indifférent le visiteur dont les sens sont demeurés en éveil.

Une exposition d’œuvre d’art qui sollicite tous nos sens

Car, avec Conflu’Art, ce sont chacun de nos cinq sens qui se trouvent sollicités. Même ceux de l’odorat et du goût. En effet, il arrive fréquemment à Conflu’art que la proximité d’une toile, d’une photographie, d’une sculpture ou d’un mouvement donne l’impression, fugace mais intense, de retrouver une saveur ou une flagrance oubliée, remisée quelque part au fond de notre mémoire : l’odeur que dégage la terre mouillée par une averse de pluie en plein cœur de l’été ; le parfum d’une glace que l’on n’ose plus déguster ; le remugle d’une pièce où l’on aurait travaillé des heures durant des métaux ; les effluves de corps que l’on a longtemps serré dans ses bras autrefois.

Les autres sens, quant à eux, sont à la fête. Dès que l’on pose les yeux quelque part, on en prend plein la vue. Le toucher, quand l’artiste autorise que l’on effleure du bout des doigts ses créations, n’est pas en reste non plus. Les sensations que laissent alors le contact avec le métal, la résine, le bois, la pierre s’avèrent souvent troublantes, quand la surprenante douceur ou rugosité d’un matériau ne sont pas tout simplement déstabilisantes. L’ouïe, quant à elle, est toujours comblée. Qui a entendu jouer Yves Hasselmann (Lire ICI et ICI) lors des précédentes éditions le sait parfaitement. Et toute personne qui entendra cette année Alain Kremski en dira certainement de même. Car, oui, vous avez bien lu, cette année, c’est Alain Kremski himself qui sera l’invité de Conflu’Art. Pas pour un seul et unique concert mais pour deux concerts, le samedi 25 août et le lendemain. Tout simplement parce qu’il s’agit de Conflu’art

Du flair, de la curiosité mais pas que

Si Mireille Fouchecourt, en plus d’être une ambassadrice zélée du territoire de Saône Doubs Bresse aurait donc pu être galeriste, comme le démontrent les éditions successives de Conflu’Art, comment choisit-elle les œuvres qu’elles décident d’exposer ? Par le passé, info-chalon.com a déjà soulevé un coin du voile (Lire ICI et ICI). C'est assez simple finalement : Mireille Fouchecourt bénéficie en premier lieu d’un incroyable flair pour détecter, parmi pléthores d’artistes, ceux qui font preuve d’authenticité et d’une réelle créativité.

Ce flair lui serait toutefois d’une très relative utilité si elle ne se montrait pas d’une grande curiosité. Car Mireille Fouchecourt est curieuse, dans le sens noble du terme. Elle aime découvrir de nouvelles sensibilités, des nouvelles créations. Et, surtout, elle ne craint pas que ces dernières la bousculent ou la heurtent, plus ou moins profondément, plus ou moins violemment.

Ceci dit, si le flair et la curiosité sont essentiels, la confiance qu’elle inspire aux uns et aux autres y est aussi pour beaucoup. Sans cette dernière, aurait-elle eu l’opportunité de rencontrer des artistes qu’elle ne connaissait pas encore et de les exposer ? Pas sûr. En effet, sauf à être animé d’arrière-pensées pas très nettes, il est rare que l’on mette en relation quelqu’un dont on estime le travail avec une personne à qui l’on ne confierait même pas son chat, par crainte de le retrouver déshydraté et affamé lors d’un retour de vacances bien méritées. Autant lui jouer directement un mauvais tour.

Avec Mireille Fouchecourt, qui au demeurant pratique en virtuose l’art de recevoir, les artistes n’ont pas ce genre d’appréhensions. Quand ils passent par la case Conflu’art, ceux-ci la recommandent à leurs amis, ouvrent leurs carnets d’adresses. En retour, Mireille Fouchecourt va voir in situ ce que ceux-ci font. Si bien qu’à chaque nouvelle édition, certains reviennent naturellement avec de nouvelles créations, tandis que d’autres, jamais exposés auparavant, apparaissent. Pour le plus grand plaisir d’un public qui, chaque année, s’étoffe à vue d’œil et, bien souvent, repart chez lui avec les œuvres qui l’ont touché. 

Samuel Bon

Infos pratiques :

Lieu : Verdun-sur-le-Doubs (Anciennes halles)

Dates : du 14 au 30 août 2018

Pour plus de renseignements : 03.85.91.87.52

Entrée : libre

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche