Faits divers

TRIBUNAL DE CHALON -Pris en flag sur le parking du bowling, la perquisition révèle cocaïne, cannabis et cash

Le tribunal a rendu une décision peu prononcée en audience de comparution immédiate : la semi-liberté.

L’heureux élu, si on peut dire, et on peut le dire vu les faits, est un tunisien d’une trentaine d’années qui est arrivé du bled il y a pas mal d’années et qui ne sait pas, si on l’en croit, se débrouiller correctement dans la jungle de son quartier. SI on l’en croit.

Cocaïne, cannabis, balance 

Depuis qu’il vit ici, il travaille. Pourtant c’est bien lui que des policiers de la BAC ont arrêté le 3 octobre dernier alors qu’il venait de procéder à un échange sur le parking du bowling avec un monsieur N., « défavorablement connu des services » expose la présidente Dorion ce lundi 7 octobre, à l’audience de comparutions immédiates. Echangée contre des billets : une bonbonne de cocaïne. A la perquisition chez le prévenu : 7 bonbonnes de cocaïne pour 7.37 grammes de produit, 2 grosses barrettes de cannabis, pour 47.52 grammes, une balance de précision et pas mal de coupures (20 billets de 50 euros, 34 billets de 20 euros et 21 billets de 10 euros), 3 téléphones portables.

« 2 à 3 joints par jour »

Il doit donc répondre de trafic de stups et d’usage en sus, il consomme du cannabis. « Beaucoup ? – Non. – Combien ? – 2 à 3 joints par jour. – Et vous trouvez que c’est peu ? s’étrangle la présidente. Comme quoi tout est relatif. » Et cette balance de précision, chez lui ? « C’est pour pas que les gens m’arnaquent quand j’achète pour moi. » Et la cocaïne, alors ? Alors un jour un certain L. le dépanne en changeant gratos la courroie de transmission de sa vieille voiture. Sympa. Puis un autre jour, revient lui demander s’il peut « garder tout ça deux à trois semaines ». « Et vous prenez tous les risques, comme ça ? – Oui, j’étais obligé. » L’audience ne dira pas en quoi il était l’obligé de ce monsieur L. sauf à penser qu’avec une courroie de transmission on vous met en dette à vie.

 « Vous pouviez contacter la police. – Ben oui, mais »

Dans les contacts de ses téléphones, beaucoup de gens injoignables. Tout de même, un type raconte que le prévenu lui a vendu plusieurs fois des produits stupéfiants depuis 1 an. « C’est pas vrai ! C’est pas vrai ! » La présidente trouve assez illogique que s’il espérait vraiment qu’un acheteur surgisse pour le débarrasser du tout, il n’ait pas emporté le tout, justement sur le parking du bowling. Un ange pourrait passer, mais alors très rapidement, parce que le prévenu s’accroche aux branches : « Si, si, je voulais m’en débarrasser le plus vite possible. – Vous pouviez contacter la police. – Ben oui, mais après j’aurais eu des problèmes avec lui, L. »

« Soit il est très naïf, soit il est d’une grande mauvaise foi »

Les petites coupures ? Il a vendu une voiture a un collègue pas riche qui l’a payé par petites mensualités, en espèces. Dans ses téléphones, nulle trace de L. « Il est malin, il m’appelle en numéro caché. » Marie-Lucie Hooker, substitut du procureur, résume le sentiment général : « Il aurait pu refuser, il a un salaire, il travaille. Soit il est très naïf, soit il est d’une grande mauvaise foi, ses explications sont tirées par les cheveux. » Elle requiert 12 mois de prison dont 4 mois assortis d’un SME. Maintien en détention pour la partie ferme. « Il faut regarder son rôle concret, plaide maître Delahaut. Il n’a pas le profil d’un gros trafiquant. Il est arrivé en France en 2011 et a toujours travaillé depuis. »

6 mois ferme en semi-liberté puis 2 ans mis à l’épreuve

L’avocate plaide la naïveté d’un consommateur qui a vu la facilité, et qui « dépanne en échange d’un dépannage ». Pas de casier, prévention pour une période courte (environ 1 mois).
Le tribunal déclare le prévenu coupable et le condamne à 12 mois de prison dont 6 mois sont assortis d’un sursis mis à l’épreuve de 2 ans. Obligations de soins et de travailler. Le tribunal ordonne son maintien en détention (coup de massue) mais la présidente lui précise que les 6 mois ferme seront exécutés en semi-liberté : il sortira pour aller travailler, le reste de sa vie se déroulera en cellule sur cette période.

Florence Saint-Arroman

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche