Grand Chalon

GRAND CHALON - L'élection du Président de l'intercommunalité et des vice-présidents mardi soir

Du changement annoncé au sein de l'exécutif communautaire.

Huit points sont à l'ordre du jour du conseil communautaire du Grand Chalon qui se tiendra ce mardi soir dans les salons du Colisée. Un conseil qui tournera exclusivement sur sa nouvelle installation. Les 51 communes membres du Grand Chalon étant désormais pourvues de leurs équipes municipales, le Grand Chalon peut s'installer. A noter que la moitié de l'exécutif au moins sera modifié compte tenu que 7 d'entre deux n'ont pas été élus et ne se présentaient pas aux élections municipales de mars dernier.

Eric Mermet, réélu maire de Crissey et ancien Vice-Président en charge des transports a fait savoir depuis longtemps qu'il n'entendait plus siéger au Grand Chalon. 

Jean-Vianney Guigue, ancien Vice-Président en charge de l'enseignement supérieur n'a pas souhaité se réinscrire dans la campagne municipale de Chalon sur Saône. Pas élu, il ne siégera donc plus au Grand Chalon.

Juliette Méténier-Dupont, ancienne maire de Givry, battue en mars dernier par son ancien 1er adjoint, ne siégera donc plus au sein de la majorité communautaire. Son poste de vice-présidente en charge des nouvelles technologies devenant vacant. 

Jean-Claude Rousseau, vice-Président en charge des finances, n'était pas candidat à Chalon sur Saône. 

Francis Debras, ancien maire de Saint-Loup de Varennes et battu aux élections de mars dernier, a lui aussi laissé sa place de vice-président en charge de l'eau et de l'assainissement. 

Christian Marmillon, vice-Président en charge des gens du voyage notamment, figurait sur la liste à Isabelle Dechaume face à Gilles Platret et Sébatien Martin. Non élu, son poste est lui aussi vacant. 

Enfin, c'est Léonard Landry, ancien élu à Chalon sur Saône mais désormais élu à Mercurey, qui ne pourra poursuivre sa mission en qualité de vice-Président en charge de l'habitat et de l'innovation environnementale pour le compte du Grand Chalon. 

 

Pour le moment, c'est la grande inconnue sur le nombre de vice-présidence qui seront données à l'occasion de cette nouvelle mandature, mais sans nul doute que le futur Président devra rééquilibrer son exécutif en donnant une plus large part aux élus dits de ruralité. Un certain nombre de maires ont d'ores et déjà fait savoir leurs intentions à Sébastien Martin, qui devrait en toute logique être seul candidat à sa propre succession. La moitié des vices-présidences étant jusqu'à présent assurée par des élus de la ville centre, un rééquilibrage en faveur des communes du Grand Chalon pourrait sans doute avoir lieu. 

Laurent Guillaumé 

Annonces