Une fidèle d'info-chalon.com affiche sa colère

A travers tous les hommages, discours, et mesures spectaculaires faisant suite à l'assassinat odieux de M. Samuel PATY, au-delà de la tristesse et de l'émotion qui nous traversent, nous voulons, en tant que simples citoyens, familialement attachés au corps enseignant, exprimer notre point de vue et nos questionnements. 

Tout d'abord, nous pouvons témoigner du sentiment d'abandon de la hiérarchie exprimé actuellement par plusieurs enseignants et universitaires reçus sur les plateaux TV  ou s'exprimant dans la presse. Face aux agressions verbales et physiques venant des élèves  comme des parents, dans l'accomplissement de leur mission d'éducation, particulièrement en "éducation morale et civique", les alertes que lancent les professeurs ne recueillent que le silence assourdissant de l'institution. Nous faisons le triste constat de cette surdité alors que des éléments cependant marquants interviennent régulièrement : exercice du droit de retrait, publications de livres,  rapport OBIN (2004) et pire, suicides d'enseignants.

Le drame survenu au Collège du Bois d'Aulne est l'illustration de cet abandon dont souffre la corps enseignant. Nous sommes informés que la principale du collège de M. PATY a fait "tout ce qui devait être fait" selon le ministre de l’Éducation nationale (signalement au rectorat). Mais, cependant des questions restent posées. Selon les informations données par la presse, cette principale aurait reçu un parent d'élève qui demandait la suspension du professeur. Pendant une semaine, M. Samuel PATY a vécu un enfer, il a été l'objet d'insultes, de menaces, de calomnies et de mensonges sur les réseaux sociaux au point qu'il a dû déposer plainte pour diffamation, et RIEN n’a été entrepris pour le protéger. 

Cela signifie-t-il qu’en haut lieu on jugeait préférable d'attendre que les choses se calment d'elles mêmes à l'approche des vacances ? Et surtout, "ne pas faire de vague", ligne de conduite retenue préférentiellement par les administrations des grands corps de l’État, et largement rapportée par nombre d'intervenants dans les médias. Combien faudra-t-il de drames et d'horreurs pour mettre en mouvement une institution qualifiée de "mammouth" par l'un de ses ministres ?

Autre question : Qu'en est-il, des aides pédagogiques apportées aux professionnels de l'éducation par les rectorats, et particulièrement de cette "formation aux valeurs de la République et à la laïcité" , mise en place après les attentats de "Charlie Hebdo" ? Est-elle largement diffusée au sein des établissements scolaires ?

Nous cherchons à comprendre comment une telle horreur est possible, et pourquoi nous en sommes arrivés là. 

La solidarité entre tous, l'union autour des valeurs de Liberté, d’Égalité et de Fraternité que nous sommes censés porter et transmettre aux plus jeunes sont plus que jamais nécessaires pour que nos professeurs en charge de cette mission n'aient pas peur et soient assurés du soutien de leurs collègues, de leur hiérarchie et de la nation entière. 

Marianne. M

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche