CONSEIL REGIONAL - Julien Odoul (RN) vient jouer sur le terrain de jeu à Gilles Platret et décoche ....

Ce samedi matin, le chef de file du Rassemblement National en Bourgogne-Franche Comté et candidat à la candidature du parti pour les prochaines régionales est venu à Chalon sur Saône, histoire de rappeler que sur certaines prises de parole, le Rassemblement National n'a attendu personne.

Au lendemain d'une session plénière historique au Conseil Régional de Bourgogne-Franche Comté, Julien Odoul, chef de file du Rassemblement Régional dans notre région, est venu à Chalon sur Saône. Un geste qu'il dit "ne rien à voir avec Gilles Platret" mais dont les propos laissent bien évidemment entendre le contraire. Et pour cause, depuis des mois, les deux élus régionaux multiplient les sorties sur un terrain électoral qui l'un et l'autre se partage et dont les prochaines échéances régionales attisent encore un peu plus les vélléités. 

"Faire oublier les rapprochements avec la Macronie" pour la majorité régionale

Julien Odoul n'aura pas attendu longtemps avant de sortir carquois et surtout flêches bien assaisonnées en direction de Gilles Platret. "Les élections sont lancées. On l'a vu pas plus tard qu'hier. La gauche est désormais en ordre de marche et affiche un coup de barre idéologique, histoire de rassembler sa majorité et faire oublier ses rapprochements avec la macronie" lance le représentant RN, allant jusqu'à pointer les accointances récentes de Marie-Guite Dufay avec En Marche. 

Côté budget ? "Ce sont deux milliards d'euros dont on ne verra rien. C'est un budget de com', un budget électoral" plaide Julien Odoul, "un budget qui cherche à rassurer sa majorité avec tous les marqueurs idéologiques affichés. C'est une vraie déception pour nous mais sans aucune surprise".

"La mise en place d'une sécu-conditionnalité de l'argent public"

Profitant de sa présence chalonnaise et en prélude à la conférence de presse, Julien Odoul est passé par la case des Près Saint Jean ce samedi matin, en écho "au guet-apens tendu aux sapeurs pompiers. Il y a tout ce qu'on ne veut pas voir dans ce quartier... alors qu'il fait parti des 58 quartiers prioritaires aidés par la région. On est face à des versements aveugles d'argent public". L'occasion pour l'élu régional de vouloir appliquer "un moratoire sur la politique de la ville, mettre en place une sécu-conditionnalité au même titre que l'éco-conditionnalité. Où vont les budgets votés ? Quels organismes ? Quelles destinations ? Il y a une nécessité de rééquilibrage entre les budgets alloués aux territoires ruraux et aux zones urbaines". 

"La laïcité ambigüe du maire de Chalon sur Saône"

Après le vote ce vendredi d'une charte de la laïcité au Conseil Régional, Julien Odoul fustige ce qu'il qualifie " de gouffre entre les textes et les faits". Un propos qui ne tarde pas à faire écho aux prises de positions de Gilles Platret sur cette question, "il vit la laïcité de manière ambigue aussi lorsqu'il va à la pose de la première pierre d'un centre culturel turc à Champforgeuil. Il a les mots forts, et puis il y a la complaisance, la lâcheté et la trahison" pointe le représentant du RN à l'encontre du maire de Chalon sur Saône. 

Il va même plus loin, accusant Gilles Platret "de faire plus de mal que la Gauche. Il est proche de nos mots mais il trahit par ses comportements". 

Sur la question des menus de substitution, dont le sujet est réapparu ce vendredi soir par une nouvelle décision à l'encontre de Gilles Platret, cette fois-ci prononcée par la plus haute juridiction en France, à savoir le Conseil d'Etat, Julien Odoul pointe "le coup de com' opportuniste alors même que 93 % des menus sont sans porc. Il n'y avait même pas de débat". 

Celui qui est Président du groupe des élus régionaux depuis 3 ans maintenant, a sollicité l'investiture pour représenter son parti aux prochaines échéances régionales dont la date n'est pas fixée officiellement, "mais l'idée sera de présenter une liste de rassemblement ouverte à toutes et tous parce que la région s'est fracturée ces dernières années. C'est sur que c'est facile de dire ça quand on a l'étiquette d'un diviseur mais l'ambition est là. On a gagné la bataille des idées et aujourd'hui la droite incarnée par Platret est tentée d'en faire plus, d'être plus dure que nous mais nous, nous n'avons pas à radicaliser notre discours. Gilles Platret sera à l'épreuve des faits ! Sera-t-il capable de gouverner avec nous ?".

Laurent Guillaumé 

 

 

 

Annonces

Pub BFC

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche