Chalon sur Saône

Cérémonie à l’école maternelle Vivant Denon en mémoire des enfants Hubert et Ghislaine Epsztein morts en déportation.

Pour ne pas oublier les deux enfants juifs, Hubert et Ghislaine, qui ont été élèves à l’école Vivant Denon et sont morts en déportation, une cérémonie pour leur rendre hommage a eu lieu ce jeudi après-midi dans la cour de récréation.

Cérémonie qui a débuté par l’écoute de la liste de Schindler, un hommage à tous les déportés juifs et autres dont la plupart ont été exterminés, musique qui n’est pas sans rappelerOskar Schindler, industriel allemand qui réussit pendant la Seconde Guerre Mondiale à sauver environ 1 200 juifs promis à la mort dans le camp de concentration de Plaszow.

Pascal Voisin Directeur de l’école primaire  remémore la période de la guerre 1939/1945 avec, en France, la persécution, la délation dont les juifs font l’objet et les arrestations perpétrées par la police française aux ordres de l’occupant. Florence Dufraine Directrice de l’école maternelle nous rappelle l’histoire de Hubert et Ghislaine, enfants scolarisés dans cette école qui seront arrêtés en février 1944 et déportés dans un camp d’extermination pour être gazés et ensuite brûlés le 12 mars 1944 simplement parce qu’ils étaient de religion juive.

Le directeur et la directrice ont soulevé le problème de l’intolérance sous toutes ses formes que certains entretiennent et du rôle de l’éducation nationale pour corriger ces erreurs d’appréciation, pour enseigner le respect et la tolérance quelles que soient nos différences afin de vivre en harmonie et en paix. Pascal Voisin a eu une pensée à la mémoire de Christian Villeboeuf Maître de CM2 qui a travaillé avec ses élèves sur l’histoire de l’école Vivant Denon et permis de retrouver cette plaque commémorative.

Serge Rosinoff, président de la communauté juive de Chalon sur Saône a reparlé dans son discours de la Shoa dont ont été victimes les juifs, ce processus organisé et méthodique de destruction de millions d’êtres humains, du racisme, de l’antisémitisme, de l’obscurantisme. Ces quelques mots très forts : « Ghislaine avait 6 ans et Hubert 9 ans quand il ont payé un lourd tribu à la morale nazi … » 

Le Maire de la ville Gilles Platret dans son discours s’est adressé aux enfants en expliquant ce qu’implique d’être un être humain, le droit d’être ce que l’on est et le devoir de respecter l’autre. Soulignant particulièrement pourquoi les corps étaient réduits en cendre avec cette intention pour les nazis de faire disparaitre, d’effacer toutes traces du passage sur la terre des juifs. Il a terminé son allocution par un souhait lancé en direction des directeurs et enseignants de l’école : « Nous avons lancé en janvier dernier une immense collecte de photographies, nous souhaitons que les visages des déportés, enfants comme adultes puissent être retrouvés et présentés aux jeunes générations pour que personne n’oublie que, derrière un monument, derrière une liste, il y a eu des visages d’enfants et d’adultes qui ont pleuré parce qu’ils avaient peur, qui ont souffert et qui ont été tués. Si vos maîtres en sont d’accord, nous serions très honorés que l’école Vivant Denon puisse participer à ce travail que nous voulons lancer à titre pédagogique. » Il a rendu hommage à Christian Villeboeuf, disparu bien trop tôt, pour son travail et son implication afin que revive la mémoire d’Hubert et de Ghislaine. Il a salué Valérie Villeboeuf son épouse pour sa présence cet après-midi.

Philippe Deborde Sous-Préfet de Louhans était le représentant de l’Etat pour cette cérémonie. Martyrs, c’est le terme a employé pour ces 2 enfants et tous ceux qui ont été tués à cause de leur religion. Il a rappelé que les valeurs de la France  ̏liberté, égalité, fraternité˝ ne sont pas toujours acquises face à la discrimination de toute sorte. Il retiendra de cette cérémonie solennelle un moment plein d’émotion.

Marie Mercier Sénatrice était présente lors de cette commémoration. On pouvait noter aussi la présence d’élus de la ville, de l’Association Nationale des Anciens Combattants et des enfants de deux classes de l’école.  Les autorités ont dévoilé la plaque commémorative située entre les deux écoles, maternelle et élémentaire Vivant Denon, il s’en est suivi un dépôt de fleurs par les élèves de l’école, un dépôt de gerbe par le président de la communauté juive et un dépôt de gerbe par les autorités présentes.

Les anciens combattants ont abaissé leurs drapeaux en signe de salut aux morts. L’hymne national a retenti dans la cour de l’école pour renforcer ce devoir de mémoire et ces valeurs indispensables au maintien de la paix et de la tolérance.

      C.Cléaux