Saône et Loire

Eric Dupond-Moretti et l'anecdote Guacamol 429

Evoquant les bienfaits et méfaits des réseaux sociaux ce vendredi soir en déplacement en Saône et Loire, le Garde des Sceaux a livré une confidence sur l'un de ses harceleurs.

Au détour d'une séance de questions/réponses entre sympathisants LREM et le Garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti a évoqué bienfaits et méfaits des réseaux sociaux, et l'impact de la désinformation via cet outil. Sur la question de la judiciarisation des propos, il s'est même livré à la confidence sur l'un de ses "harceleurs en ligne" (sans préciser à quand remonte l'anecdote), "Guacamol 429", pointant du doigt celles et ceux qui se dissimulent derrière des pseudos. "Allez assigner Guacamol 429 !" a livré Eric Dupond-Moretti.

Pourtant, les moyens législatifs existent en France pour poursuivre des propos tenus par des "anonymes" sur internet. Un anonymat qui n'existe pas vraiment en fait. Un certain nombre de moyens techniques à l'image de l'adresse IP permettent de remonter jusqu'à l'auteur de propos diffamatoires. 

Laisser croire qu'on ne peut judiciairiser des propos calomnieux de personnes se retranchant derrière l'anonymat est en fait juste la conséquence de choix politiques et financiers... Dans l'absolu, Guacamol 429 aurait pu être poursuivi sans aucunes difficultés. 

L.G