Chalon sur Saône

Les agents du service de soins infirmiers de la ville de Chalon sur Saône mobilisés pour dénoncer leurs conditions de travail

Ce mardi matin, ils protestaient devant la mairie.

Le ras-le-bol des aides-soigantes du services de soins infirmiers du CCAS de Chalon sur Saône ne date pas d'hier, mais elles ont tenu à exprimer leur ras-le-bol général, profitant de la mobilisation générale autour du régime des retraites. Ce lundi, une délégation a été reçue par le maire de Chalon sur Saône, qui a tenu à exprimer son soutien, ont toutefois souligné les agents. Une prime de 100 euros par mois a été annoncée afin de pallier à la situation financière pointée du doigt. Etroitement soumises aux injonctions financières de l'Agence Régionale de Santé, les agents du service de soins infirmiers ont rappelé les conditions de travail de plus en plus compliquées alors que le degré de la perte d'autonomie des personnes prises en charge ne fait que croître. Des situations qui nécessitent du personnel dont le service de soins à domicile peine à trouver. 

L.G

 

Communiqué de presse Syndicat CGT Ville et Grand Chalon

 

Le 17 Décembre, jour d’appel national à manifester, nous, aides-soignants, du CCAS de Chalon Sur Saône, travaillant au sein du Service de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD), avons décidé de se mettre en grève, POUR le retrait de la réforme des retraites et CONTRE la dégradation des conditions de notre travail.

La future réforme des retraites, provoquerait 7 années de travail supplémentaires pour notre corps de métier, ce qui est totalement utopique au vu de la pénibilité de nos missions quotidiennes.

Malgré notre dévouement et notre travail collectif, plusieurs facteurs alimentent la dégradation de notre métier :

Le manque de personnel alors que moult appels à candidatures sont effectués.

Le manque d’attractivité de notre branche dû à un fort coût au sein de l’école d’aide-soignant

La prise en charge à domicile d’usagers de plus en dépendants en raison principalement d’un manque de moyens financiers des familles pour un placement en EHPAD qui serait plus confortable pour ces personnes.

Malgré des négociations effectuées par l’employeur auprès de l’Agence Régionale de la Santé (ARS), aucun moyen financier pérenne complémentaire n’a été octroyé afin de permettre à ce service public de prendre en charge de manière totalement satisfaisante les patients.

Nous remercions notre employeur qui a décidé de revaloriser nos salaires, palliant ainsi quelque peu, au gel de notre rémunération maintenue par le gouvernement. Les spécificités particulières de notre métier liées à la prise en charges de patients de plus en plus dépendants sont ainsi mieux prises en compte.

Nous remercions également le syndicat CGT de la Ville et du Grand Chalon pour son soutien et son rôle de médiation avec la hiérarchie.

En conclusion :
La population doit savoir que si le SSIAD offre encore un service public de qualité,

c’est grâce au professionnalisme et à la solidarité de l’équipe soignante qui, malgré la fatigue et le manque de personnel, continu avec acharnement à effectuer ses missions auprès des usagers.

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche