Cinéma

Projection de «Une Grande Fille» jeudi au Mégarama Axel

Jeudi soir, l'association Chalonnaise des passionnés du 7ème art, La Bobine, propose deux occasions de voir (ou de revoir) «Une Grande Fille» de Kantemir Balagov, un film russe qui nous plonge dans le Léningrad d'après-guerre. Plus de détails avec Info Chalon.

Jeudi, à 18 heures 30 et 21 heures, La Bobine, l'association pour le cinéma, vous propose 2 chances de voir (ou de revoir) «Une Grande Fille» de Kantemir Balagov, au Mégarama Axel, cinéma Chalonnais situé au 67 Rue Gloriette.


Après son coup d'essai magistral avec «Tesnota*, une vie à l'étroit», en 2017, le kabarde** Kantemir Balagov, jeune prodige du cinéma russe, né en 1991, confirme avec «Dylda» [Дылда] («grande fille» dans la langue de Tolstoï) son talent de cinéaste de l'enfermement mental et de la fermeture des passions.


Nous sommes à Léningrad, à l'automne 1945 qui suit la fin du terrible siège. Longiligne et blonde timide, Ilya, qu'on surnomme la Grande asperge, démobilisée de l'Armée Rouge, travaille dans un hôpital militaire où sont soignés des anciens combattants blessés. La Guerre est finie mais ses répercussions se font encore sentir dans le corps fracassé de ces soldats. Elle écoute et soigne ces malheureux mais elle-même souffre d'un syndrome post-traumatique qui lui occasionne d'étranges acouphènes et de pénibles crises de tétanie où elle reste figée dans de longues absences. Son entourage doit attendre qu'elle émenrge de cette soudaine catalepsie. Elle vit sans homme avec le petit Pashka, âgé de trois ans, qu'elle aime beaucoup.


Bientôt son amie, Masha, la petite rousse volubile, revient du Front et elles se retrouvent. Masha n’est pas non plus exempte de traumatismes de guerre .


Ensemble, ces deux âmes sœurs à la psyché traumatisée vont répapprendre à jouir de la vie dans une relation réparatrice aussi bien que toxique.


Mais voilà que Pashka n’apparaît plus....


Entre tendresse, empathie et colère, «Une Grande Fille» est un film troublant.


Du grand cinéma!

 

* Tesnota [Теснота] signifie «étroitesse» en russe.

** Les Kabardes sont un peuple musulman du Nord du Caucase (Ciscaucasie). Présents en Géorgie et en Turquie, dans la province de Kayseri, ils forment la moitié de la population de  la République de Kabardino-Balkarie, une des 7 républiques autonomes caucasiennes de la Fédération de Russie.

 

(Crédits photos du film: ©ARP Sélection)

 

 


Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche