Châtenoy le Royal

Au Conseil municipal hommage au président Jacques Chirac

La séance de rentrée du Conseil municipal de Châtenoy-le-Royal, qui a eu lieu ce lundi, a été marquée par un vibrant hommage du maire Vincent Bergeret à l’ancien président de la République Jacques Chirac, qui vient de nous quitter.

En cette journée de deuil national il ne pouvait pas en être autrement. En ouverture de la séance du Conseil municipal une minute de silence a été observée à la mémoire de Jacques Chirac, décédé jeudi dernier. Auparavant Vincent Bergeret, maire de la ville, avait rendu hommage à l’ancien chef de l’Etat de 1995 à 2007. « Alors que se pose cruellement dans la vie politique et institutionnelle française la question de « l’incarnation » de notre pays, de notre Nation, avec ses contradictions, ses grandeurs et ses faiblesses, ses moments de gloire et ses renoncements, la figure de Jacques Chirac se dégage immanquablement. Son parcours et sa personnalité marqueront des générations de Françaises et de Français, dont il a accompagné, avec son charisme, son attachement charnel à notre pays, son énergie communicative, son humanité tout simplement, les succès, les doutes, les échecs. Chacun gardera des moments privilégiés, selon sa sensibilité, son âge, et ses convictions politiques. Il avait cet appétit de la vie, ce panache, cette énergie dévorante, qui balaie tout sur son passage. Ce Corrézien, Français et citoyen du monde, qui disait aimer « passionnément » la France, « un pays pas comme un autre ». Jacques Chirac avait en même temps les pieds solidement enfoncés dans la terre, il était très attaché au monde agricole. Il avait la passion des grandes idées et le regard tourné vers le monde, son unité, son universalité. Il était français, tellement français. C’est assurément un grand homme qui vient de nous quitter... ».

Discussion sur le projet de programme local de l’habitat du Grand Chalon


Au cours de la réunion, qui a duré un peu moins d’une heure, les élus châtenoyens se sont notamment penchés sur le projet de programme local de l’habitat (PLH) 2020-2025 du Grand Chalon, arrêté par le conseil communautaire du 27 juin 2019. Ils devaient en effet émettre un avis. Rappelons que les orientations sont au nombre de quatre : maîtriser et diversifier le développement de l’offre résidentielle, agir sur le parc existant, assurer une réponse aux besoins spécifiques, et conforter le rôle d’animation et de pilotage de la politique habitat du Grand Chalon.


Au nom de l’opposition, Pascal Legoux a fait remarquer que les ambitions du PLH sont de pouvoir poursuivre le développement de l’offre de logements pour garantir aux habitants un parcours résidentiel sur le territoire et de maîtriser l’étalement urbain et la préservation du foncier mais qu’à Châtenoy-le-Royal les deux axes sont opposés. Et l’élu de gauche de s’en expliquer, chiffres à l’appui : "Concernant la commune l’objectif pour 2030 est la réalisation de 314 logements, soit 157 sur la période 2020-2025, dont 149 constructions neuves, et autant sur la période 2026-2030. Mais toutes les constructions érigées entre 2018 et 2020, en période d’élaboration du PLH, sont exclues, ce qui augmente les besoins, notamment le lotissement du Lavoir. Sur les 116 constructions prévues entre 2020 et 2022 il n’y a pas de logements collectifs ou de petits logements, ni de logements locatifs sociaux, ce qui laisserait supposer qu’entre 2023 et 2025 seulement 33 logements seraient à construire, quasi exclusivement par le biais de logements sociaux locatifs ou de petite taille. De ce fait, aucun permis de construire individuel ne pourrait être délivré. De plus, l’emprise foncière qui pourrait accueillir ces logements sera très réduite. En ce qui concerne la période 2026-2030, aux dires du représentant de la minorité, on devra trouver près de 8,5 ha pour implanter les 157 constructions prévues. Or, dans le PLUi actuel, les futures zones ne seront pas suffisantes, il faudra rogner sur des terres agricoles, ce qui ne va pas dans le sens du second axe, à savoir la maîtrise du foncier. "


« Nous avons des dispositions foncières... »


Intervenant à son tour, Vincent Bergeret a rappelé « Les constructions vont se faire parce qu’il y a une demande. A Chalon 4 000 logements sont vides. Cela pose des questions. On ne va pas construire s’il n’y a pas de demandes ». Après avoir indiqué à propos du domaine du Lavoir que cela avait bien marché, le maire de la ville a signalé qu’à Châtenoy-le-Royal il y avait quelques logements vides et pas mal de maisons à vendre. Le conseiller départemental a encore ajouté « On ne va pas déshabiller Chalon pour construire dans la 1re ou la 2e couronne, voire dans la 3e. Il faut savoir prendre le temps. Nous avons des dispositions foncières. L’étalement urbain a ses limites ».


Pour sa part Marie Mercier a confié « On a coutume de dire que Châtenoy-le-Royal est une ville à la campagne. On a travaillé et on travaille pour que la campagne ne soit pas mangée par la ville ». Et la sénatrice d’ajouter « On n’a peut-être pas 25% de logements sociaux mais on privilégie la politique d’accueil et d’accompagnement des familles en difficulté. On veut que Châtenoy-le-Royal soit une ville où on se sent bien ».
 Au final, la majorité a donné un avis favorable, tandis que l’opposition s’est abstenue.


Le Conseil municipal a aussi évoqué les orientations générales du projet d’aménagement et de développement durables du PLUi du Grand Chalon, actuellement en cours de révision afin d’intégrer les treize communes de la vallée de la Dheune et la commune de Saint-Loup Géanges. Validées lors du conseil communautaire du 27 juin 2019, les orientations générales sont structurées en quatre axes stratégiques : renforcer l’attractivité et la dynamique économique du territoire, mener une politique de l’habitat en faveur de l’attractivité résidentielle et de la cohésion sociale, préserver le cadre de vie et développer la qualité de vie pour chacun.


Participation financière au réseau ViF


Le Conseil municipal a également approuvé à l’unanimité le principe d’une participation financière de la commune, à compter du 1er janvier 2020, sur les deux postes de coordinatrices du réseau ViF, mis en place par la Ville de Chalon en octobre 2014, à hauteur d’environ 8 800 € par an. Rappelons que Châtenoy-le-Royal a adhéré à ce dispositif de lutte contre les violences intra familiales (VIF) par délibération du 5 juillet 2018. « Malheureusement ce genre de violences ne s’arrête pas aux frontières de Chalon » a souligné Vincent Bergeret. Outre la ville centre, le réseau ViF du Chalonnais regroupe les quatre autres communes de la zone police, à savoir Champforgeuil, Châtenoy-le-Royal, Saint-Marcel et Saint-Rémy. Depuis sa création officielle il y a 5 ans le réseau a pris en charge plus de 400 victimes. A ce propos, Marie Mercier en a profité pour inviter tous ses collègues de l’assemblée communale à la journée d’information, qui se déroulera le 4 novembre prochain à l’Espace des Arts à Chalon

Gabriel-Henri THEULOT

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche