Economie

Eric Michoux a reçu Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l'économie numérique, pour parler industrie

Agnès Pannier-Runacher ministre déléguée auprès du Ministre de l’Economie et des Finances, en charge de l’économie numérique a souhaité rencontrer Eric Michoux, président fondateur de Galilé pour visiter l’entreprise Peinta à Vichy et faire le point sur les innovations technologiques du groupe.

La réputation de haute technologie développée dans tout le Groupe Galilé (une sphère regroupant quelque 500 salariés sur 20 entreprises) est venue jusqu’aux oreilles de la ministre  en charge de l’Economie Numérique, Agnès Pannier-Runacher qui a souhaité dialoguer avec Eric Michoux, fondateur et âme du Groupe. C’est à Vichy, dans les locaux de l’entreprise Peinta, une composante de Galilé très active dans les solutions de conception, réalisation et intégration d’équipements électrotechnique spécifiques sur des secteurs stratégiques liés au nucléaire, à l’énergie et à la Défense Nationale qu’a eu lieu cette rencontre. A ­600 km de la mer, l’entreprise construit des armoires de puissance pour les sous-marins nucléaires et a acquis, en ce domaine, un vrai savoir-faire. Tout comme dans les solutions « cousues main » pour le nucléaire.

Olivier Trémeau, directeur général du site accueillait les visiteurs, dont Mmes Lecaillon Préfète de l’Allier, Astic sous-préfète de Vichy, Mme. Perrolle députée de la circonscription. 

Puis le dialogue s’est instauré entre Eric Michoux, la Secrétaire d’Etat et Aurélia Taponnier en charge de l’incubateur 697 IA, implanté à Chalon sur Saône et orienté sur les start up dédiées à l’Intelligence Artificielle. « L’industrie 4.0 est compétitive, elle recrute et offre des carrières valorisantes  et de qualité pour les jeunes »a expliqué Mme. la ministre. 

 Au fil de la visite de Peinta, Mme. Pannier-Runacher a découvert  avec beaucoup d’intérêt les spécificités de l’entreprise. Eric Michoux a, pour sa part, évoqué les difficultés qu’il y a, lorsqu’on est une petite entreprise à se frotter aux grandes multinationales omniprésentes sur tous les marchés passés par l’Etat ; à recruter des salariés alors que des dizaines de postes sur le Groupe sont disponibles  (et que l’Allier en dix ans a perdu 19% des postes dans l industrie faute de candidats)  et la nécessité d’affiner, voire d’inventer un nouveau style de formation. »

Mme. Pannier-Runacher a expliqué « que depuis deux ans le Gouvernement a mis le turbo sur ces questions et qu’on commence à en voir les premiers effets ». Elle a également salué l’effort du Groupe Galilé et plus particulièrement de son PDG pour son engagement au service de l’industrie numérique. 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche