Opinion de gauche

«Carte scolaire en Saône et Loire, petit rappel à celles et ceux qui ont la mémoire courte», lance Evelyne Couillerot

Communiqué :

Carte scolaire en Saône et Loire : petit rappel à celles et ceux qui ont la mémoire courte    

La carte scolaire 2018 provoque toutes les interprétations politiciennes.
C’est le chiffon rouge que certains agitent à droite pour dénoncer aujourd’hui ce qu’ils ont soutenu il y a encore peu de temps. Ils et elles ont la mémoire courte, en demandant maintenant des postes aveuglement supprimés au nom « du non remplacement systémique d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite », prôné sous la Présidence Sarkozy. Quant aux parlementaires « En marche ! » qui réclament de ne pas polémiquer, les voilà bien coincés dans l’étau : soutien d’un côté, au cas par cas, aux écoles de leur circonscription et « en même temps » adoption d’un budget national qui supprime des postes. La Saône et Loire est d’ailleurs bien mal servie par ces derniers : une carte dévoilée par France TV a montré que nous sommes le département français qui subira le plus de suppressions de postes d’enseignants ! Une grosse tâche rouge vif au milieu du territoire national : les ambassadeurs LREM de la Saône et Loire ont encore du chemin à faire. Les voilà forcement plus soucieux d’indifférenciation politique pour noyer le poisson de leurs turpitudes.  

Pour y voir clair,  il est forcément utile de rappeler quelques repères fondamentaux :
Pour les années 2010, 2011, 2012 (sous Sarkozy) : la Saône et Loire a perdu en solde de postes nets, plus de…37 postes d’enseignants, pour à peu près 80 fermetures de classes nettes cumulées.
Et entre 2013 et 2017 (sous Hollande donc), la Saône et Loire en a gagnés 18, même avec une tendance scolaire démographique à la baisse. En sachant que chaque année, l’effort était aussi porté sur la reconstruction des moyens de remplacement supprimés initialement par la droite au pouvoir.
Puis vient ensuite 2018 : après 12 mois de majorité LREM, déjà 6 postes de moins pour la Saône et Loire à la rentrée 2018.
On dira que c’est une approche comptable. Mais pour parler d’avenir de l’école en Saône et Loire, il faut déjà passer par une observation objective et lucide de ses moyens en enseignant(e)s. 

Evelyne COUILLEROT, Présidente
Et les élus du groupe Gauche 71 au conseil départemental de Saône et Loire

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche