Politique de droite

La victoire de Trump... une relance des primaires de la droite ?

Nicolas Sarkozy, le premier, a bien compris le sens de la victoire de Donald Trump ce mardi 9 novembre aux Etats-Unis. L'analyse d'info-chalon.com

Faut-il voir des interactions sur la primaire de la droite de la victoire de Donald Trump ce mardi ? Des polémiques, des mots forts, des petites phrases qui marquent, qui clivent... bref de l'outrance en permanence, c'est un peu la marque de fabrique de la candidature de Donald Trump. A  dix jours du premier tour de la primaire de la droite, on pourrait très bien assister à des positions de plus en plus clivantes des candidats à la primaire et notamment pour Nicolas Sarkozy, présenté par les sondages comme derrière Alain Juppé. Sur tous les plateaux télé, les cadres LR rangés derrière Nicolas Sarkozy, ce sont d'ailleurs amusés à rappeler à l'image de Gérard Darmanin, "que toutes les polémiques n'avaient pas empêché Trump d'être élu", jusqu'à essayer de travestir quelque peu la réalité. Les données électorales affinées dès ce mercredi soir ont permis de relever que le vote populaire, le vote du peuple comme certains aiment à le rappeler a été remporté de plus de 200 000 voix d'avance par Hillary Clinton et non par Donald Trump, une donnée fondamentale, dans le contexte actuel.

Haro sur les sondages, tel est le sentiment au lendemain de la victoire du candidat Républicain aux Etats-Unis... de la part même des candidats à la primaire, qui depuis des années, vouent un culte incessant à ces pratiques. L'occasion pour eux de venir titiller l'inconscient de la masse des électeurs que nous sommes. 

Autre enseignement tiré du scrutin américain... c'est un homme de 70 ans qui s'installe à la tête de la première puissance mondiale. Un élément qui vient démonter une partie de l'argumentaire de certains sur l'âge notamment du favori des sondages. La différence avec le scrutin électoral américain, c'est qu'en France, les choses sont claires, tout le monde est d'accord pour dire que le corps électoral qui participera à la primaire est totalement inconnu. Etablir des projections sur un scrutin jamais réalisé dans l'histoire de la 5e République est impossible...Reste la grande question dans bien des têtes... les électeurs qui se déplaceront le 20 novembre prochain succomberont-ils au vent du populisme qui secoue la planète ? Plus que jamais les jeux sont ouverts... De là, à imaginer une relance de l'intérêt pour la primaire et la mobilisation autour de tel ou tel candidat, il y a un pas qu'on ne franchira pas. 

Laurent Guillaumé

Météo locale

Recherche

Mode et beauté