Syndicat mixte du Chalonnais - Des financements mobilisés multipliés par 3 sur le mandat

Plus que jamais, le Syndicat mixte du Chalonnais se tient aux côtés des élus afin de les aider à mener à bien leurs projets. Qu’il s’agisse de monter des dossiers ou d’aller chercher des subventions tout en mettant à disposition une réelle expertise, notamment technique.

Il y a, dans notre pays, bon nombre de structures dont on se demande – y compris du côté de la Cours des Comptes – l’utilité. Et d’autres qui n’ont plus à prouver leur efficacité. C’est dans cette seconde catégorie que l’on peut placer le Syndicat mixte du Chalonnais. Et ce, depuis près de deux décennies avec, autrefois, la dénomination de Pays du Chalonnais. Si l’on s’en tient aux seuls chiffres évoqués par son président Sébastien martin, ledit Syndicat a permis de mobiliser 4.674.000 € de financement entre 2007 et 2013 contre 15.063.000 € entre 2014 et 2020. Soit un chiffre multiplié par trois sur une même durée !

Ne surtout pas se recroqueviller

Dans la foulée du président, la soirée a permis aux vice-présidents de présenter, à tour de rôle, les ambitions du Syndicat sur des aspects aussi importants que le développement local, l’aménagement du territoire et le développement touristique à l’échelle d’un bassin de vie. Alors que Daniel Leriche, en charge des politiques contractuelles, a rappelé que le Syndicat a toujours veillé à l’équilibre entre urbain et rural, il a également précisé que « l’objectif est de définir ensemble une stratégie de développement ». Cela commence par fixer des priorités propres au Chalonnais. Et de se féliciter du bilan plus que positif sur la période 2014-2020 avec la transition énergétique comme fil conducteur.

Avec, à la clé, une baisse de la facture énergétique des collectivités et des habitants, l’émergence de filières énergétiques et alimentaires locales, la préservation de la valorisation des ressources territoriales ou encore le renforcement des services dédiés à la population. Un bassin de population qui bénéficiera aussi du plan de relance tant européen que national et régional. En charge de la transition écologique, Antonio Pascual a souligné que la transition énergétique est au cœur de la stratégie du Chalonnais. Une démarche mise en place depuis déjà plusieurs années. Et prenant la forme aussi bien de la rénovation thermique du patrimoine public que du développement des mobilités douces ou encore de la rénovation du parc de logements. Jean-Claude Becousse, en charge du SCOT, de l’urbanisme durable et des finances, a signalé que le SCOT, adopté en 2019 pour le Chalonnais, est le fruit d’un énorme travail de concertation. Un enjeu d’autant plus important lorsque l’on sait que la population vieillit et qu’il y a des changements climatiques importants. Et d’expliquer que l’urbanisme durable peut prendre la forme de solutions parfois simples. Enfin, Brigitte Beal, en charge du tourisme, a dit souhaité faire du Chalonnais une vraie destination touristique.

Le dernier mot au représentant de l’Etat

Comme de coutume, c’est au représentant de l’Etat, en l’occurrence le sous-préfet Jean-Jacques Boyer, qu’est revenue la tâche de conclure la réunion. Il s’est alors dit heureux d’avoir déjà pu accueillir les 42 nouveaux maires du Chalonnais tout en rappelant les modalités de soutien aux projets de la part de l’Etat.

R.G

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche