Mutualité française 71 : Quand les nouvelles technologies facilitent la vie à domicile

Rester le plus longtemps possible dans son chez-soi, alors même que nous aurons perdu en autonomie, n’est-ce pas le vœu le plus cher de chacun ? Christelle Monin, responsable du service ergothérapie de La Mutualité française de Saône-et-Loire, dispose d’un outil convaincant pour nous prouver que c’est possible : la « Home Tech ». Visite guidée de cet appartement-témoin, entièrement pensé pour favoriser l’autonomie à domicile.

Le constat est clair aujourd’hui : si l’on veut rester chez soi malgré une perte d’autonomie, il faut ANTICIPER. Comment ? En aménageant en conséquence son environnement, en s’équipant d’aides techniques pour continuer à faire les tâches du quotidien. Mais la bonne volonté peut nous faire choisir des solutions inadaptées à nos besoins et nos capacités. C’est là qu’interviennent l’expertise des ergothérapeutes et la Home Tech.

L’idée de ce lieu ressource part d’un constat des ergothérapeutes de la Mutualité de Saône-et-Loire : « Quand on nous demande d’intervenir, explique Christelle Monin, notre travail d’ergothérapeute se fait dans l’urgence. Par exemple, une personne est hospitalisée à la suite d’une chute, elle ne peut retourner chez elle parce que son environnement n’est plus adapté à sa perte d’autonomie. Notre profession a beaucoup plus à apporter si elle intervient en amont. L’idée a donc été de faire un lieu-témoin où seront exposés tous les possibles sur les aides qui permettent de réaliser les activités de la vie quotidienne en toute sécurité. »

Inaugurée fin septembre 2019, la Home Tech est un appartement-témoin de 80 m2, connecté et équipé de solutions innovantes — parfois simples et ingénieuses — permettant aux personnes en perte d’autonomie de rester à leur domicile en toute sécurité et le plus longtemps possible.

 

Visite guidée de la Home Tech : les équipements du futur

Tâchons de rendre compte de quelques-unes des innovations domotiques dont dispose cet étonnant lieu ressource (visite en vidéo ici). Tout y est pensé en termes de confort et de sécurité à l’usage de certains handicaps.

Une chambre entièrement domotisée par tablette numérique, qui programme les lumières et actionne les volets. Un lit médicalisé 2 places, élégant (oui, c’est conciliable) dont la hauteur est ajustable électriquement. Des détecteurs de mouvements permettent, dès lors que la personne se prépare à se lever de son lit, d’éclairer un chemin de lumière en direction de la salle de bain ou la penderie, elle-même abaissable au niveau d’une personne en fauteuil. Le confort et la sécurité sont aussi pensés pour l’aidant, comme en témoigne ce rail au plafond, qui permet le transfert à l’aide de sangles, du lit à la salle de bain.

La salle de bain n’exclut pas la baignoire, mais lui ajoute un siège de bain pivotant. La douche, d’une largeur suffisante pour les fauteuils, est équipée d’un siège escamotable mural ; le lavabo, muni de 2 poignées, est également accessible aux personnes en fauteuil roulant.

Les éléments de la cuisine (table, plan de travail, placards) sont à hauteur variable électrique. Le four a une porte rétractable, les couverts ergonomiques facilitent la préhension ou limitent le mouvement de l’épaule. Ainsi, même avec une seule main et une force amoindrie (arthrose, opération…), tous les ustensiles permettent de préparer et prendre ses repas en autonomie.

Finalement, toutes ces innovations, d’une ingéniosité étonnante, ont un seul but : rendre l’autonomie à la personne.

 

Pour qui ?

Qui peut être concerné par ces aménagements à domicile ? « On pense prioritairement aux séniors en perte progressive d’autonomie, explique Christelle Monin, et aux personnes en situation de handicap moteur ou sensoriel. Mais au-delà du handicap, on peut tous se trouver confrontés un jour à une perte provisoire d’autonomie, à la suite d’une opération ou d’un accident. Il existe de multiples aides qui, tout simplement, facilitent le quotidien. »

Pour toucher les personnes, leur famille et les aidants, la Mutualité de Saône-et-Loire a établi des partenariats. Stéphanie Parriaux-Barbier, responsable Communication, en cite quelques-uns : « Nous travaillons avec la MLA, la MDPH, le Grand Chalon (service Santé Prévention, Habitat Conseil), la Maison des Seniors de Chalon, plusieurs mairies via leur CCAS ou des mutuelles ou des groupes de prévoyance. À travers des séances de sensibilisation à destination des aidants et des seniors, nous visons la prévention. »

Soyons claire : la Mutualité ne vend pas de produits, elle vend du service et du conseil. Le matériel médical des différents partenaires prestataires est choisi selon un cahier des charges rigoureux, établi par le service d’ergothérapie de la Mutualité.

 

La plus-value de l’ergothérapeute

Le métier d’ergothérapeute, profession paramédicale, est mal connu. Christelle Monin nous éclaire : « Nous procédons à une évaluation globale de tous les besoins de la personne — dont les activités du quotidien — par des mises en situation. À partir de cette évaluation, nous préconisons des aides techniques pour qu’elle conserve le plus longtemps possible son autonomie. Pour savoir si une aide technique nous facilitera la vie, il faut l’expérimenter.

C’est l’un des avantages de la Home Tech. Et c’est aussi pourquoi nous demandons à nos partenaires le prêt du matériel durant 3 jours de mise en situation chez la personne.

La Home Tech n’est pas un showroom. C’est un ensemble de services nouveaux qui inclut la plus-value de l’ergothérapeute. Prenons un exemple : il existe des fauteuils releveurs, relaxants, équipés d’un système d’aide à la levée. Pourtant, ils ne conviennent pas à toutes les situations de handicap, ils peuvent même s’avérer dangereux pour certains. C’est pourquoi la Home Tech n’est pas un hall d’exposition, mais une “preuve par l’exemple”. L’expertise de l’ergothérapeute permet de décliner l’usage du matériel, de préciser à quel type de besoin il répond et d’évaluer sa pertinence selon le profil. »

 

La prévention est une stratégie de réflexion

« Les Québécois sont beaucoup plus dans l’anticipation », observe Christelle Monin. Et nous, sommes-nous prêts ? Prêts à anticiper sur notre avenir, prendre les devants pour assurer notre bien-être et notre sécurité ? Anticiper pour une meilleure acceptation, anticiper pour rester le plus longtemps possible acteurs de nos vies ?

Nathalie DUNAND
[email protected]

Mutualité Française de Saône-et-Loire

Service ergonomie

Lieu ressources « Home Tech » Innovation Autonomie Technologie

29, avenue Boucicaut

711000 Chalon-sur-Saône

Visite de la « Home Tech » en vidéo : ici

 

 

Annonces