A Lux, les opposants à l'abattage des cerisiers demandent la révision de la parcelle au PLUI

Le combat ne faiblit pas au sujet de la mobilisation contre l'abattage d'une trentaine de cerisiers, prévu par la municipalité, pour un projet immobilier de résidence seniors. Les explications d'info-chalon.com.

L'Association Sauvons les Cerisiers de Lux n'a pas l'intention de ranger les armes face à la décision municipale de céder la parcelle en question pour l'euro symbolique à l'OPAC de Saône et Loire. Pour Evelyne Peltrat, Présidente de l'Association, "il y a bien d'autres terrains sur lesquels construire ce projet, et à quelques mètres. Notre opposition n'est pas une opposition de principe au projet de résidence mais bien celui de préserver un cadre alors que plus que jamais il y a une importance à préserver notre environnement. C'est le seul espace ombragé avec 32 arbres et on trouve moyen de les abattre ! Un paradoxe surréaliste par les temps qui courent, et ce malgré les engagements de campagne de l'équipe municipale". "Ce n'est pas compliqué de déplacer le projet de maison d'accueil seniors sur un autre terrain non arboré". 

Plantés en 1995 à l'initiative du maire Georges Rebillard, ces arbres sont en bonne santé de toute évidence, il suffit pour s'en rendre compte d'arpenter ce secteur en pleine floraison, avec une symbolique forte à l'époque précise Didier Jeanjacquot, ancien responsable technique municipal aujourd'hui à la retraite, "ils étaient tous dédiés à une association communale". 

Evelyne Peltrat va même plus loin dans sa logique, "on demande le respect de l'article L350-3 du code de l'environnement mais aussi le repect du règlement du PLUI du Grand Chalon" sur les alignements d'arbres "comme c'est le cas ici". 

Il y a quelques semaines, l'association s'est même permise de récolter quelques 766 signatures dont 526 Luxois s'opposant à l'abattage des arbres, "alors que l'équipe municipale a été élue avec 434 voix. Il y a une forme de démocratie à entendre" plaident les représentants de l'association. 

L'association entend poursuivre son combat afin de demander un changement de zonage de parcelles sur le PLUI alors même que la révision du PLUI à l'échelle du Grand Chalon, "l'occasion de classer cette parcelle en parcs et jardins". Elle va même jusqu'à proposer le terrain municipal qui jouxte l'école maternelle et qui permettrait d'accueillir la résidence, à proximité de l'ancien terrain de foot. 

La décision réside désormais dans les mains de la municipalité alors que les membres de l'association réclament une plus grande transparence décisionnelle et surtout "qu'une vraie concertation soit mise en place avec l'ensemble des acteurs".

Laurent Guillaumé 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche