Au département, quand la gauche propose d’éradiquer par la loi les passoires énergétiques, la droite répond « aller devant les tribunaux suffira ».

Groupe gauche 71

Communique de presse. 

 

Mâcon, le 21 décembre 2020

 

Au département, quand la gauche propose d’éradiquer par la loi les passoires énergétiques, la droite répond « aller devant les tribunaux suffira ».

 

Le groupe gauche 71 a déposé au cours de la dernière assemblée un vœu proposant d’instaurer l’obligation de réaliser des travaux dans les logements « passoires énergétiques ». Cette obligation, demandée par 60 associations œuvrant pour les plus défavorisés est actuellement en discussion dans la loi climat, et est issue d’une revendication de la convention citoyenne. Elle serait un levier pour accélérer la transition énergétique de l’habitat et relancer dans un objectif de justice sociale l’activité économique du bâtiment. En mobilisant 300 milliards d’€ sur trois ans sur le logement, qui est le premier consommateur d’énergies, on réduirait de 25 % son émission de gaz à effet de serre.  

 

Le Président de la République a déjà annoncé que seule l’interdiction de location suffirait à cela. Si l’adoption de cette mesure, avec un calendrier permettant d’adapter aux contraintes des propriétaires et à leurs revenus relève de la loi et du débat parlementaire, le Département, qui participe au plan pour le logement des plus défavorisés, est concerné en premier chef.

 

Or, la droite départementale a refusé que l’assemblée adopte ce vœu, en votant contre. Elle est même allée jusqu’à justifier cette position incompréhensible par un renvoi aux instances judiciaires. « Aller devant les tribunaux suffira… ».  

Mille fois dommage que le Département ne donne pas lui-même un signal social et écologique d’engagement pour le logement des plus défavorisés et contre un fléau qui concerne en France 3,8 millions de ménages. 

Mille fois dommage qu’il se dédouane de ses responsabilités en évoquant une dimension nationale.

Mille fois dommage qu’il évoque « qu’il ne faut pas obliger… ». Mais sans obligation par la loi, ni la parité, ni l’accès des bâtiments aux personnes en situation de handicap, ni le fait de construire du logement social dans les villes qui n’en construisaient pas n’auraient été adoptés. 

 

Mais au moins, ce refus a une vertu : la droite départementale qui se dit « apolitique » et loin des « questions politiciennes » préfère s’accrocher aux dogmes libéraux plutôt que de prendre position alors qu’il y a une urgence sociale.  

Les masques tombent en quelques sortes...

 

Face à la précarité énergétique qui touche en premier les ménages les plus faibles, le groupe gauche 71 continue d’affirmer qu’il faut construire des politiques publiques qui conjuguent développement économique, ambition environnementale et justice sociale.   

 

Evelyne Couillerot, 

Violaine Gillet 

Co-présidentes, 

Et les élu(e)s du Groupe gauche 71 au conseil départemental de Saône et Loire.  

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche