UNIVERSITÉ : Les établissements universitaires de Bourgogne-Franche Comté demandent «le retour de tous les étudiants en présentiel»

Ce vendredi 22 janvier, huit responsables d'établissements de l’enseignement supérieur de Bourgogne-Franche-Comté interpellent le Premier Ministre sur «l’immense désespoir» des étudiants. Ils proposent le «choix radical» de vacciner les étudiants.

Lettre ouverte au Premier ministre du 22 janvier 2021 :

Macha Woronoff, présidente de l’Université de Franche-Comté
Vincent Thomas, président de l’université de Bourgogne
Dominique Grevey, président d’Université de Bourgogne Franche-Comté
Stéphan Bourcieu, directeur Burgundy School of Business
Michel Jauzein, directeur du Campus Arts & Métiers de Cluny
Ghislain Montavon, directeur de l’Université Technologique Belfort Montbéliard
François Roche-Bruyn, directeur Général d’AgroSup Dijon
Pascal Vairac, directeur de l’École Nationale Supérieure de Mécanique et Microtechniques

à Monsieur le Premier ministre,

Copie :
Madame Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation
Monsieur Olivier Véran, Ministre des Solidarités et de la Santé

Nous, en charge des établissements de l’enseignement supérieur de la région Bourgogne-Franche-Comté, membres de la Comue UBFC souhaitons vous alerter sur l’immense désespoir de nos étudiantes et de nos étudiants.

Nous constatons sur l’ensemble de notre Région Bourgogne-Franche-Comté, et cela quel que soit le statut de nos établissements, que nos étudiantes et étudiants sont arrivés à un point de rupture.

Notre responsabilité, nos engagements, nous obligent envers celles et ceux qui nous ont fait confiance pour construire leur avenir.

PUBLICITÉ
Il nous paraît inacceptable que l’on introduise une différence de traitement entre les étudiantes et les étudiants de nos établissements et ceux inscrits en classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE), en BTS ou en DN MADE, dont la scolarité maintenue en présentiel est au demeurant parfaitement justifiée.

La jeunesse universitaire serait-elle moins précieuse que celle qui étudie dans les lycées ?

Notre responsabilité est lourde à leur égard.

Nous voulons manifester à quel point les étudiants sont précieux pour nous et notre société.

Nous voulons qu’ils reviennent dans nos établissements. C’est notre objectif, c’est notre moteur et c’est notre détermination.

Notre enjeu est d’éviter de sacrifier une génération déjà profondément atteinte mais nous sommes bien évidemment conscients des lourds enjeux sanitaires qui pèsent sur le pays.

La solution existe : nous demandons la mise en place du dispositif TAP (Tester Alerter Protéger) auprès de nos communautés estudiantines. Les tests déjà réalisés et les taux de contamination, d’incidence suivis dans nos établissements prouvent que nos étudiantes et nos étudiants ne se contaminent pas au sein de nos établissements.

Mais, au-delà, nous portons un choix plus radical, celui de proposer la vaccination à nos étudiantes et à nos étudiants, de façon à leur permettre de retourner dans nos établissements en toute sécurité. Nous leur apporterons ainsi la preuve de leur importance. Cette génération est précieuse et nous refusons de la sacrifier. Il est indispensable de placer dès à présent cette jeunesse et son avenir au centre de nos préoccupations.

Vous remerciant de l’écoute portée à notre requête, nous vous assurons, Monsieur le Premier Ministre, de notre très haute considération.

La Présidente de l’Université de Franche-Comté
Macha Woronoff
Le Président de l’Université de Bourgogne
Vincent Thomas
Le Président de la COMUE UBFC
Dominique Grevey
Le Directeur de l’UTBM
Ghislain Montavon
Le Directeur Général AgroSup
François Roche-Bruyn
Le Directeur de l’ENSMM
Pascal Vairac
Le Directeur de BSB
Stephan Bourcieu
Le Directeur du Campus ENSAM de Cluny
Michel Jauzein

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche