Gilles Platret réagit à l'abattage du loup dans la Région de Cluny

«La réglementation sur la protection des troupeaux contre le loup doit changer en faveur des élevages» dit le candidat aux Régionales.

Communiqué :

« La réglementation sur la protection des troupeaux contre le loup doit changer en faveur des élevages »

Il aura fallu six semaines pour que le loup du secteur de Cluny, dont les services officiels ont d’abord nié l’existence, soit finalement abattu cette nuit pour mettre fin (mais pour combien de temps ?) au carnage qu’il a fait subir aux troupeaux.
Six semaines pendant lesquelles des dizaines de moutons ont été dévorés, d’autres déchiquetés sans être tués au point qu’il a fallu les euthanasier pour abréger leurs souffrances, d’autres encore condamnés à avorter.
Aujourd’hui, pour ces éleveurs que j’ai rencontrés dernièrement à Flagy et avec qui je suis resté en contact, je suis soulagé.
Mais si l’on ne peut que se féliciter que la destruction de cette nuit offre un répit aux troupeaux, nous voyons bien que la réglementation est désormais inadaptée à une population grandissante de loups.
Il faut prendre conscience que cet animal est un colonisateur d’espace, qu’il a une propension naturelle à s’étendre et que, placé au sommet de l’échelle de prédation, il aime tuer pour tuer, pas simplement pour se nourrir.
Si l’on ne souhaite pas l’éradication totale de l’espèce, nous devons toutefois travailler pour faire évoluer la réglementation afin que les zones d’élevage soient sacralisées à priori et que la présence du loup n’y soit plus du tout tolérée. Aujourd’hui, en effet, la lenteur procédurale, qui méconnaît totalement les contraintes des éleveurs, ne fait que ralentir la nécessaire protection des troupeaux.
En effet, si une réglementation plus stricte, pour laquelle je plaiderai à la tête de la Région, avait existé, il n’aurait pas fallu six semaines pour parvenir à l’élimination d’un loup qui a fait tant de dégâts.
Le loup oui, mais pas dans les zones d’élevage !
Il en va du bien-être animal, celui des moutons, et de la pérennité de l’élevage dans notre région».

Gilles Platret
Tête de liste régionale en Bourgogne - Franche-Comté

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche