Edito

PRESIDENTIELLES 2022 - A droite, Wauquiez sort, Ciotti et Barnier entrent en piste

La rentrée n'est pas encore prononcée que déjà les appétits s'aiguisent en vue de la présidentielle qui se jouera d'ici quelques mois. Tour d'horizon pour info-chalon.com.

Allez c'est parti ! La France va s'élancer en pleine course présidentielle alors que le mandat d'Emmanuel Macron touche à sa fin après des années de tumultes entre les Gillets Jaunes et la crise sanitaire dont on espère voir la sortie du tunnel. En attendant, à droite, les appetits s'aiguisent et chacun s'accorde à dire qu'il y a un espace sur lequel se concentrer. 

Au sein de la droite, il n'est pas question de revivre le marasme électoral précédent et les polémiques autour du cas Fillon. L'heure est à la "reconquista" et surtout à la reconstruction de la famille politique, alors qu'Emmanuel Macron a réalisé une très belle OPA idéologique au fil de son mandat, au point de faire basculer vers son camp une frange évidente d'électeurs du centre-droit.

Valérie Pécresse, Philippe Juvin... et depuis quelques jours Eric Ciotti et désormais Michel Barnier ont fait savoir leurs intentions de participer à une primaire au sein de la droite alors que Laurent Wauquiez, plutôt habilement à préféré différer toute candidature. Primaires que la droite a longtemps dénigré, surtout après les conséquences tumultueuses lorsque la Gauche avait organisé les siennes. A l'époque, plus personne ne voulait en entendre parler mais les temps ont changé, au moins dans un premier temps. 

Reste qu'un autre candidat auto-déclaré de la droite a bien fait savoir qu'il n'avait pas l'intention de se présenter à la primaire et qu'il serait "le" candidat de la droite en 2022, c'est bien Xavier Bertrand. C'est dire que les prochains mois qui nous séparent de la Présidentielle n'ont pas fini d'alimenter les chroniques et avec eux les conséquences fâcheuses. 

Des modalités électorales qui sèment déjà le trouble

Entre une primaire fermée, une primaire ouverte, un simple sondage réalisé vers des sympathisants, toutes les pistes sont évoquées pour fixer les contours des modalités qui détermineront le candidat de la droite. Mais disons-le tout de suite, celui ou celle qui sortira vainqueur de cette nomination aura bien du mal à fédérer toute la famille de droite sur sa seule ligne. 

L'élection présidentielle est lancée... et ne comptez pas sur l'année à venir pour être une année apaisée. 

Laurent Guillaumé