Ailleurs

De mystérieuses boules de pierre polies exhumées d'une tombe de 5500 ans en Écosse

Par Karim BOUAKLINE-VENEGAS AL GHARNATI

Publié le 15 Septembre 2021 à 18h18

Une équipe d'archéologues mène actuellement des fouilles dans une tombe datée de 5500 ans mise au jour dans l'archipel des Orcades, en Écosse. Parmi les récentes trouvailles : des fragments de poterie et de mystérieuses boules de pierre polie. Plus de détails avec Info Chalon.

Avec ses plus de 5000 ans d'histoire, les Orcades possèdent un patrimoine archéologique extraordinaire avec des sites comme Skara Brae, l'ensemble de maisons néolithi­ques le mieux conservé d'Euro­pe, construit vers 3180 av. JC, soit avant la Pyramide de Khéops ou Stone­henge, l'autre grand site préhistorique du Royaume-Uni, ou le tumulus de Maeshowe, une grande tombe à chambres funéraires, dont les murs portent des graffitis laissés par les Vikings quelque 2000 ans plus tard. 


Autrefois appelé «Îles aux Cochons», cet archipel situé au Nord de l'Écosse est constitué de 70 îles dont seulement 17 sont habités. 


Il y a plusieurs milliers d'années, les chasseurs-cueilleurs du Mésolithique parcouraient déjà ses rivages et les crêtes. Plus tard, ce sont les fermiers du Néolithique qui choisiront cette même terre pour disposer des pierres levées et autres énigmatiques monolithes, inaugurant une ère encore empreinte de mystères.


Ce qui explique en partie pourquoi on trouve dans les Orcades la plus grosse concentration d'archéologues au mètre carré de Grande-Bretagne. 


Une tombe vient de révéler une intrigante découverte à Sanday, la troisième plus grande île des Orcades après Mainland et Hoy.


La sépulture en question remonte au Néolithique, autour de 3500 avant notre ère, et constitue l'un des plus anciens monuments identifiés en Écosse. Déjà excavé dans les années 1980, le site de Tresness fait depuis quelques années l'objet de nouvelles fouilles.


Démarrée l'été dernier, la  dernière campagne de fouilles s'est avérée fructueuse.


En effet, des archéologues ont mis au jour de petits fragments d'ossements animaux, des morceaux de poterie ainsi que deux sphères de pierre polie d'environ 5 centimètres de diamètre, en explorant la chambre et certaines des tranchées creusées.


«C'est une découverte extrêmement excitante», a raconté l'équipe sur Tresness Chambered Tomb, le blog du projet, où l'on peut voir des photos des fameuses sphères.


L'une des deux sphères fait «la taille d'une balle de criquet, est parfaitement sphérique et magnifiquement finie», s'est réjoui sur Twitter le Dr. Hugo Anderson-Whymark, archéologue du National Museums Scotland (NMS) qui co-dirige le projet.


À noter que ce n'est pas la première fois que de telles sphères refont surface.


Toujours selon Dr. Anderson-Whymark, une vingtaine de pièces similaires datées du Néolithique sont recensées aux Orcades, notamment au sein des sites de Skara Brae et de Ness of Brodgar, mais peu d'entre elles ont été retrouvées dans un tel contexte funéraire.


En Écosse, ce sont quelque 500 sphères de pierre qui ont été identifiées et certaines sont apparues finement gravées. 


Quant à la fonction, de même que la signification, de ces objets, elles  demeurent pour l'heure inconnues. 


Parmi les théories avancées, ses sphères auraient peut-être été utilisées comme armes destinées à infliger des blessures à la tête. En effet, des crânes, découverts à d'autres endroits dans les Orcades, ont montré des lésions qui pourraient avoir été infligées par de tels outils. 


Une autre théorie suggère qu'elles pouvaient aussi constituer un symbole de pouvoir.


Quoi qu'il en soit, ces récentes excavations ont livré des informations supplémentaires sur la tombe de Tresness dont la chambre funéraire est divisée en plusieurs sections et surmontée d'un cairn* datant de l'Âge du Bronze. Les spécialistes pensent que la structure initiale est associée aux ruines d'un village néolithique identifiées à quelques kilomètres de là sur la plage de Cata Sand.


Le monument néolithique est surmontée des vestiges d'un cairn moins ancien daté de l'Âge du Bronze. 


«Nous avons la tombe et le village où les gens vivaient et ils sont plus ou moins contemporains, donc il semble très probable que ceux qui ont construit ce monument étaient les personnes qui vivaient dans le village de Cata Sand», a expliqué à The Scotsman le professeur Vicki Cummings, archéologue de la University of Central Lancaster qui co-dirige les excavations.


L'équipe d'archéologues espère faire davantage de découvertes sur la structure de la tombe, son origine et son contenu en poursuivant les fouilles. 


Surtout le temps presse... 


«Malheureusement, c'est un site qui disparait dans l'océan donc nous extrayons les informations avant qu'elles ne soient perdues à jamais», précise le Pr. Cummings.


Situé non de l'océan, le site de Tresness est menacé par l'érosion et le possible effondrement de la falaise sur laquelle il se trouve.

(Crédits photos : © Emma Corker/Mike Lawlor)


* Du gaélique écossais signifiant entre autres «tas de pierres», le terme désigne un tumulus de terre et de pierres recouvrant les sépultures mégalithiques.

 

 

 

Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati