Côte chalonnnaise

Bernard Bruel via Brel et d’illustres figures de la chanson française pour faire les délices du public buxynois le 4 février

Bernard Bruel via Brel et d’illustres figures de la chanson française pour faire les délices du public  buxynois le 4 février

Le comité buxynois de lutte contre le cancer a ferré un gros poisson, lequel vivifiera en beauté sa manifestation caritative du dimanche 4 février à 16h en la salle des fêtes de Buxy. Bernard Bruel y exhumera de façon prononcée des titres d’anthologie, ce sous la désignation : »J’vous ai apporté des chansons ». Suivez notre regard…Interview pour info-chalon.com

A signaler que ces chaleureux moments récréatifs dispensés par un artiste originaire de Montceau-les-Mines, qui attaque sa 80ème année, et a commencé de chanter à 13-14 ans, tomberont dans l’escarcelle de la Ligue contre le cancer. Entrée : 12 euros. Réservations au 06 80 68 41 72, ou au 06 09 30 08 91

En quoi consistera votre première partie à Buxy ?

«On va rendre hommage aux autres grands de la chanson française. Il y aura Trenet, Montand, Brassens, Aznavour, Bécaud, Ferrat, Ferré. »

La seconde partie sera consacrée à « Bernard Bruel chante Brel ». Depuis quand avez-vous lancé cette appellation, et pourquoi avoir ramené sur le tapis Brel ?

«Je suis allé le voir, j’avais dix-huit ans, je le chantais un petit peu, mais je ne faisais pas un spectacle autour de lui quand il chantait bien évidemment. Et puis on a commencé de monter ce spectacle avec mon pianiste, Sébastien Jaudon, qui est d’ailleurs aussi originaire de Montceau-les-Mines. Ca a démarré aux environs de 1985-1986. On a fait ce spectacle pendant quasiment quarante ans. Nous sommes allés chanter Brel dans le monde entier. »

Serez-vous entouré sur scène ?

«Je serai tout seul, il y aura des bandes-sons en accompagnement. »

Quels sont les types de public qui peuvent être à même d’apprécier votre double spectacle ?

« Bien sûr, les gens de cette génération. Mais les jeunes ne sont pas insensibles, quand ils sont là, qu’ils écoutent et qu’ils participent au spectacle, ils se disent que c’était quand même bien. »

Revenons à Brel. Est-il selon vous le plus grand de tous les chanteurs ?

« C’est difficile, je n’aime pas trop les classements, mais il faut reconnaître que Brel savait tout faire : écrire les textes, la musique, il savait créer des choses totalement différentes les unes des autres, sur scène il était absolument époustouflant…J’ai eu la chance de le voir quatre ou cinq fois, et c’était exceptionnel, hallucinant. Il fait vraiment partie des très grands. »

Depuis sa disparition, avez-vous eu d’autres coups de cœur artistiques ?

« Il y a un personnage qui, malheureusement, a disparu aussi. Il s’appelait Allain Leprest. Si vous aimez Brel, ce genre de chanson, de musique, vous verrez que la découverte d’Allain Leprest vous marquera. »

Où se situe la véritable personnalité de Bernard Bruel ?

«Je suis comme un comédien, ou un musicien avec Beethoven par exemple. On ne se pose jamais ce genre de question : oh là là, ils vont se prendre les morceaux de Mozart ou de Bach, nous sommes ravis que des gens les reprennent. Après, quand on fait ce que l’on appelle une reprise, que l’on chante Brel, Montand, Trenet, ou Aznavour, il faut rester soi-même. C’est une difficulté peut-être, pour moi ça ne l’est pas, je chante Brel comme un comédien. J’ai eu la chance de rencontrer beaucoup de gens dans cette aventure, et j’ai fait des choses avec Michel Le Royer, il est parti lui aussi malheureusement. C’était un merveilleux comédien, et il me disait : « Tu chantes Brel et tu le respectes énormément, mais tu fais ça comme nous on fait ça, avec Molière ou les grands pondeurs de texte. »

La fête buxynoise sera dédiée au combat incessant contre le cancer. Il y aura par conséquent plusieurs centres d’intérêt…

« Bien sûr, c’est important de continuer d’aider les gens qui se dévouent pour cette cause-là. »

Chanter est-il un acte de foi ?

« Chanter, c’est du plaisir pour celui qui le fait, en espérant qu’on transmette ce plaisir aux gens qui sont là. Simplement.»

 

Crédit photo : DR                                                                     Propos recueillis par Michel Poiriault

                                                                                                    poiriault.michel@wanadoo.fr 

 

 

Bernard Bruel