Saint-Rémy


Emmener 2 024 enfants aux Jeux de Paris, objectif de l’association « 24 pour tous, tous pour 1 »

L’association « 24 pour tous, tous pour 1 » se propose d’emmener 2 024 enfants à Paris... en 2024, à l’occasion des Jeux Olympiques et des Jeux Paralympiques

Permettre à 2 024 jeunes, issus de milieux et de classes sociales différents, de se rendre aux Jeux Olympiques ou aux Jeux Paralympiques de Paris en 2024. C’est l’objectif que se sont fixés les membres de l’association « 24 pour tous, tous pour 1 », parmi lesquels figure un San-Rémois, Jérôme Vincent. Une association fondée en juin 2018, à l’initiative de Guillaume Renoud, un sportif bressan de 35 ans. 


Tout a commencé le 13 septembre 2017, le jour où le Comité International Olympique, par la voix de son président Thomas Bach, a attribué à la capitale française l’organisation des deux grands événements sportifs planétaires. « Ce jour-là, je me suis dit : et si on essayait d’y emmener des jeunes... et comme on sera en 2024, pourquoi pas 2024 ! » raconte Guillaume Renoud. Au fil des semaines le projet a pris corps, le natif de Pont-de-Vaux y entraînant parents, amis et connaissances. Aujourd’hui l’association compte une vingtaine de membres actifs, originaires de l’Ain, du Rhône et de la Saône-et-Loire.


Le soutien de grands champions


Et ce qui réjouit le plus le président de « 24 pour tous, tous pour 1 », c’est qu’une cinquantaine de championnes et de champions français a d’ores et déjà adhéré au projet et le soutient. Citons ainsi la judokate Emilie Andéol, le rameur Jérémie Azou, le skieur acrobatique Jean-Frédéric Chapuis, le biathlète Vincent Defrasne, la kayakiste Emilie Fer, le handballeur Guillaume Joli, la véliplanchiste Faustine Merret, la skieuse Carole Montillet, l’escrimeur Julien Pillet, sans oublier le tennisman Michaël Jeremiasz, la judokate Sandrine Martinet-Aurières et le nageur David Smétanine, lesquels ont tous monté sur la plus haute marche du podium olympique ou paralympique. « D’ici 2024 beaucoup d’autres devrait les rejoindre » prédit l’Aindinois.


Autre bonne nouvelle, la Région Auvergne-Rhône-Alpes, séduite par l’idée, accompagne dès à présent le projet et Guillaume Renoud espère bien convaincre Marie-Guite Dufay et les responsables de la Région Bourgogne-Franche-Comté de s’associer à ce beau challenge. D’autres collectivités territoriales ont été approchées et se sont dites intéressées. « 24 pour tous, tous pour 1 » compte également sur la contribution d’acteurs, tels qu’entreprise, établissement scolaire, association, club sportif ou encore institution


Le sport peut être rassembleur


« A travers ce projet je veux montrer que le sport peut être rassembleur et qu’en se réunissant nous pouvons réaliser de grandes et belles choses » confie Guillaume Renoud, qui a souvent constaté dans le cadre de son parcours professionnel dans le domaine de l’enfance et de la jeunesse le manque de confiance en soi et d’estime de soi et l’absence de projets chez les jeunes et aussi chez les moins jeunes. « Peu importe sa situation familiale, son handicap ou sa localisation, à travers ce projet tout enfant a le droit de rêver d’assister à cette grande fête du Sport que sont les Jeux Olympiques ou les Jeux Paralympiques » ajoute le sportif de Pont-de-Vaux.

Un rêve qui deviendra réalité dans un peu plus de quatre ans et demi pour 2 024 enfants, âgés alors entre 9 et 14 ans, et parmi eux très certainement quelques jeunes de la région chalonnaise. Jamais jusqu’à présent pareil projet n’avait vu le jour. Le vendredi 26 juillet 2024 s’ouvriront à Paris les Jeux Olympiques puis le mercredi 28 août 2024 les Jeux Paralympiques. Un véritable Everest reste à gravir par Guillaume Renoud et sa cordée de plus en plus nombreuse. Mais lorsqu’on y croit, et c’est leur cas, rien n’est impossible...

Gabriel-Henri THEULOT

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche