Chalon sur Saône

Le MuséoParc Alésia s'invite au Salon des Voyages

A l'occasion de la 35ème édition du Salon des Voyages, événement organisé par le Groupe Pierre Girardot, au Parc des Expositions, nous nous sommes rendu sur le stand du MuséoParc Alésia. Plus de détails avec Info Chalon.

Ce week-end, a lieu la 35ème édition du Salon des Voyages, un événement organisé par le Groupe Pierre Girardot, avec plus de 75 exposants qui présentent leurs destinations sur les 3000m2 du Parc des Expositions de Chalon-sur-Saône.


Parmi les exposants, Corentin Brasseur, le chargé de marketing et commercial qui gère le stand du MuséoParc Alésia.


Mais que s’est-il réellement passé en 52 avant J-C.?
Depuis 6 ans, Jules César est un chef de guerre redoutable qui étend son pouvoir en menant sa guerre des Gaules. Pour s’opposer à cette progression, en 52 av. J.-C., les chefs gaulois ligués sous l’autorité de Vercingétorix, roi arverne, battent les Romains à Gergovie.


César décide de se replier dans la Gaule narbonnaise, province romaine du Sud de la Gaule. Sur ce trajet, son armée est attaquée au Nord de la Bourgogne, par l’armée de Vercingétorix qui mise sur l’habituelle supériorité de ses cavaliers. Mais les Romains, grâce à l’apport de la cavalerie germanique, les mettent en déroute.


Le jeune Vercingétorix décide alors d’installer ses troupes (80 000 hommes, selon Jules César) dans l'oppidum d’Alésia. Face à eux, 10 à 12 légions romaines (soit 40 à 45 000 hommes) et plusieurs milliers d’auxiliaires et de cavaliers germains.


César saisit cette occasion pour encercler les chefs gaulois et faire le siège de l'oppidum. Il fait construire une double rangée de lignes fortifiées et un ensemble de pièges très élaboré à l’avant de chaque ligne.


Évidemment, les Gaulois ne se contentent pas d’observer les Romains et passent à l’attaque. La première sortie de leurs cavaliers se solde par une défaite et Vercingétorix décide de les envoyer chercher des renforts dans toute la Gaule.


Mais les jours passant, les fortifications romaines se développent à vue d’œil et les renforts n’arrivent pas. Les assiégés sont tiraillés par la faim.


Que faire? Se rendre? Tenter une nouvelle sortie?


C'est Jules César dans sa Guerre des Gaules qui nous donne la réponse à ces questions...


«Après discussion, on décide que ceux qui, malades ou trop âgés, ne peuvent rendre des services, sortiront de la ville» De Bello Gallico, VII, 77-78.


Ces expulsés, errant entre les deux lignes fortifiées, meurent de faim ou sont impitoyablement massacrés.


Enfin les secours apparaissent!


Cette armée de secours était composée de 240 000 fantassins et 8 000 cavaliers, d’après le récit césarien.


Par 2 fois, les Gaulois tentent une sortie mais sont repoussés. Lors d’une 3ème tentative, des heures durant, l'issue du combat est incertaine. Mais, une fois de plus, la fortune sourit à César. Sous la pression des Romains appuyés par les Germains, les Gaulois de l’armée de secours s’enfuient.


Vercingétorix se replie alors dans l’oppidum et choisit de se rendre pour épargner ses hommes.


La “bataille”, le siège d’Alésia a probablement duré entre un mois et demi et deux mois. L’expérience, la discipline, la résistance et l’organisation des troupes romaines associées à une exceptionnelle maîtrise de l’art du siège ont assuré un avantage permanent à César.


La défaite d'Alésia marque la fin de toute résistance organisée à la domination romaine en Gaule.


Un lieu unique dans un bel écrin de verdure
Inauguré en 2012 à Alésia près d'Alise-Sainte-Reine (Côte-d'Or) et niché en plein cœur de la Bourgogne, dans un bel écrin de verdure, le MuséoParc Alésia est constitué de 2 musées et d'un parc de 7 000 hectares sur les thèmes du siège d'Alésia et du «mythe de la fondation de la nation française».


Le MuséoParc Alésia a été conçu pour faire mémoire de ce qui s'est réellement passé à Alésia. Il est articulé autour de 3 sites, à savoir le Centre d'interprétation qui présente le contexte, le déroulement et les conséquences de la bataille d'Alésia pour les Gaulois et pour les Romains, les vestiges de la ville gallo-romaine d’Alésia, et la statue de Vercingétorix érigée par Napoléon III.


En effet, sous l'impulsion de l'empereur, des fouilles colossales sont menées à Alise-Sainte-Reine, de 1861 à fin 1865. Elles permettent de mettre au jour quantité d’armes, de monnaies gauloises et romaines et d’objets militaires.


Pourtant, en dépit de ces découvertes importantes, la localisation de la bataille d’Alésia a longtemps fait débat. De nos jours, la communauté scientifique française et internationale considère Alise-Sainte-Reine comme le lieu historique de la bataille.


Il était donc tout naturel d'installer le MuséoParc Alésia sur cet emplacement.


Le stand fait un focus sur les nouveautés commeDans les cuisines d'Alésia, qui permet la découverte de l'alimentation des Gaulois et des Gallo-Romains.


Dernier point important, l'exposition permanente, qui existait depuis 2013, sera fermée après les Journées européennes du Patrimoine (25 et 26 septembre), dans «un besoin de renouvellement» et la nouvelle exposition sera ouverte le 15 février 2021. Cette dernière utilisera des outils de médiation comme des tablettes et la réalité augmentée.


Pédagogique et ludique, le MuséoParc Alésia s’adresse aux petits comme aux grands. Un endroit emblématique à découvrir !


Le salon est ouvert, ce samedi, jusqu'à 19 heures et demain, de 10 heures à 18 heures.


Entrée gratuite pour tous les visiteurs.

 

 

Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche