Chalon sur Saône

L’Arrosoir, scène jazz et musiques de traverse, rouvre ses portes au public dimanche 20 septembre à l’occasion des Journées du Patrimoine

Au programme : pique-nique, visites, présentation du trimestre, concert piano solo#1 donné par Clément Merienne ; autant d’événements qui annonceront un trimestre dense et une saison anniversaire très festive et pleine de surprises !

Réarrosage

Un demi-siècle, ça se fête ! Espérons que la crise sanitaire de la Covid 19 ne viendra pas s’en mêler. « J’ai travaillé, programmé, comme si tout était possible », nous annonce Médéric Roquesalane, Directeur et programmateur de l’Arrosoir, gardien des lieux avec ses fidèles membres du bureau et bénévoles. Si la musique s’est tue, un temps, au printemps, sidérée comme nous tous, elle a vite repris ses droits, une seconde nature chez elle. En effet, dès la fin du printemps et tout l’été, elle a accueilli résidences, créations et répétitions dans les caves voutées de l’ancienne prison. Clément Merienne y a rodé ce piano tant attendu (2 ans d’attente, une tombola et un financement participatif) et créé un solo qui sera présenté dimanche 20 septembre en fin d’après-midi. 

Tout beau, tout neuf

Si l’Arrosoir a renouvelé tout son matériel, il a aussi changé l’adresse de ses bureaux désormais à deux pas de sa salle de concert au numéro 30 de la rue Saint-Georges ; des locaux qui permettront, une fois quelques travaux effectués, de faire également des enregistrements. L’Arrosoir, haut lieu du jazz, déjà reconnu de par la qualité de sa programmation par la presse spécialisée, assied plus encore sa notoriété tout en cultivant une grande proximité avec son public. Pour preuve, à venir cette saison : Denis Badault, Andy Emler, Pierre de Bethmann, Benat Achiary, la goguette, le grand bal de réveillon… et un anniversaire : 50 ans, qui sera fêté en 2021.

Dimanche 20 septembre à 17h : Clément Merienne, piano et machines

« Paul Eluard disait qu’il nous faut peu de mots pour exprimer l’essentiel. C’est ce que fait Clément Merienne en utilisant un matériel inspiré des musiques anciennes comme le Gagaku ou la musique renaissance, des musiques électroniques comme la minimale, et des musiques contemporaines comme le drone ou la musique répétitive. 

Par le biais de compositions et d’improvisations, Clément propose un voyage mouvant dans les formes et dans les timbres. Entre jazz, évocations de musiques traditionnelles ou contemporaines, qu’elles soient spectrales, sérielles ou minimalistes, le pianiste s’amuse à tromper la perception des spectateurs, à éloigner les sonorités de l’instrument des territoires connus, afin de créer un lieu musical propice à la rencontre des imaginaires. » Renseignements : http://www.arrosoir.org

SBR - Carte postale : Clément Vallery - Photo Clément Merienne : Médéric Roquesalane

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche