Faits divers

TRIBUNAL DE CHALON - 4 kilos de cannabis et 29 000 euros en liquide

Des enquêteurs agissant à la demande d’un juge d’instruction ont découvert incidemment dans un appartement de Chalon-sur-Saône, le 28 mai dernier, 4 kilos de cannabis et plus de 29 000 euros en liquide.

Cette découverte a donné lieu à une nouvelle procédure, donc à une autre enquête au terme de laquelle I. X., 25 ans, est arrêté, placé en détention provisoire et a comparu ce jeudi 28 novembre à l’audience de comparution immédiate.

I.X est né à Saint-Rémy. Il a un CAP, a quitté le lycée au niveau du baccalauréat. Entre 2014 et 2019, il fait un peu d’intérim et deux fois les vendanges. « A part ça, qu’avez-vous fait ? demande le président Dufour. – Pas grand-chose. – Vous viviez de quoi ? »
Le jeune homme n’a pas de logement personnel, il navigue entre Chalon et Sorgues où vit sa mère. Son casier judiciaire porte 9 condamnations, entre 2014 et 2017. Vols, CEA, délit de fuite, rébellions, usage de stups, menaces de crime ou de délit, filouterie, refus d’obtempérer.

« Vous en pensez quoi ?
- Ben, c’est des faits qui remontent.
- Ils ne remontent pas tant que ça quand même…
- C’est quand j’étais jeune et immature. »

Le prévenu conteste absolument ce qu’on lui reproche, à savoir du trafic de stupéfiants (sur une journée, celle du 28 mai), et demande un délai pour préparer sa défense. Le vice procureur, Charles Prost, demande son maintien en détention d’ici là, car « pas de contrat de travail (il est livreur, dit-il, pour une société qui ne l’a pas déclaré), pas de domicile personnel, risque de renouvellement, et peut-être risque de pression sur la personne qui l’hébergeait et qui fut entendue au titre de témoin ».

Maître Lépine demande au tribunal de ne pas anticiper sur une condamnation, rappelle que la détention provisoire ne doit pas être, n’est pas, une punition. « On ne va pas en détention provisoire parce qu’on ose contester des faits, et ces faits datent de mai ! » Elle plaide pour un contrôle judiciaire, « le risque de fuite ne se présume pas ».

Le tribunal ordonne le maintien en détention du jeune homme. « Risque de réitération risque de pressions sur les témoins, assurer la présentation en justice. » Il sera jugé mi-décembre. En lisant son casier judiciaire, le président a relevé 3 jugements contradictoires à signifier : le prévenu n’était pas venu aux audiences.

FSA

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche