Opinion

Pour Judith, pas assez d’emplacements pour les vélos dans les trains

Quelle est la place laissée pour les vélos dans les trains? La question des emplacements dédiés aux vélos dans les trains continuent de mécontenter cyclotouristes et usagers de vélos. Interrogée par Info Chalon, Judith Un, représentante de l'Espace PaMA réagit à ce sujet.

Emplacements vélos saturés, places de moins en moins nombreuses, embarquer son vélo dans un train, sur bien des destinations, s'avère de plus en plus compliqué...


Pionnière aux débuts des années 2000 dans le domaine en étant la 1ère entreprise ferroviaire à autoriser l'emport des vélos dans ses trains à grande vitesse, avec 4 places dédiées aux vélos, au prix de 10 euros la place, dans la grande majorité de ses rames, la SNCF doit faire face à un flot ininterrompu de mécontentements et de griefs de la part d'usagers du vélo et de cyclotouristes alors même que le nombre de véloroutes augmente et qu'une recommandation des députés européens votée en novembre dernier préconise d' imposer 8 places dédiées aux vélos dans chaque train.


Croisée à l'occasion d'une session mobilité à vélo à Pablo Néruda, l'école élémentaire du Plateau Saint-Jean, Judith Un de l'Espace PaMA (PArtage & Mobilités Actives), association loi 1901 engagée dans la mobilité durable et basée à Chalon-sur-Saône, nous livre son opinion sur cette question.


«En fait, il faut apprendre à emmener son vélo dans les train, le problème de l'engorgement était prévisible et si rien est entrepris maintenant, nous allons encore tous devoir y faire face... Il faut bien comprendre comment ça marche, comment partager l'espace surtout et qu'il n'y ai plus ce manque de considération. Il faudra être formé aussi. Tout est dans l'aide au changement», nous explique cette sympathique Chalonnaise d'adoption, native des Pays-Bas.


«Bien sûr on ne peut pas mettre une dizaine de vélos dans un train! Mais 8, ça me paraît très bien. En tout cas, il n'y a pas actuellement assez d'emplacements pour les vélos dans les trains. À ce niveau, il y a un grand effort à faire de ce côté-là mais je pense que ce n'est pas irréalisable. Sur toute la ligne vélo, il y a des adaptations et des formations à faire. Il faudrait que l'on puisse se mettre à table avec la SNCF pour que tout le monde comprenne bien comment se comporter avec un vélo. Si on prend un vélo pliant et si on apprend à l'utilisert, évidemment là il y a pas de problème», poursuit-elle.


Avant de rajouter:


«Faut juste que les usagers de vélo comprennent qu'ils doivent être courtois. Il y a beacoup de discontinuités en France sur les routes mais aussi avec les voies ferrées. Ici, par exemple, sur Chalon, il faut descendre, monter, descendre,monter des escaliers donc pour des cyclotouristes, c'est pas encore très facile. Je pense que notre municipalité et notre agglomération ont bien compris le potentiel du cyclotourisme donc j'espère plus d'accessibilité».

 

 


Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche