Opinion

Les Jeunes Agriculteurs de Bourgogne-Franche Comté demandent un soutien à la profession agricole dans les choix d’approvisionnement de la Restauration Hors Domicile

La France a la chance d'avoir une agriculture à fort potentiel, encore faut-il lui donner les moyens de se développer et de faire face aux évolutions futures. Arrêtés injustifiés, dénonciations abusives, violences et revenus en berne, Jeunes Agriculteurs dit stop. Aucun autre acteur économique français ne tolèrerait ce que subissent les agriculteurs aujourd'hui. Pendant la crise sanitaire que la France traverse, les agriculteurs ont répondu présents et les français ont plébiscité l’agriculture de notre pays. Ainsi ils demandent d’être considéré et d’arrêter les décisions visant à restreindre leurs activités.

Face à cette déconsidération qui dissuade les jeunes de s'installer, qui freine l'investissement et l'innovation et qui tue à petit feu notre agriculture, les agriculteurs attendent des décisions sans ambiguïté.
Nous demandons à nos responsables d’appliquer un patriotisme alimentaire en orientant massivement les approvisionnements vers des productions françaises. Ce débouché supplémentaire pour les productions agricoles permettra de contribuer au rééquilibrage des marchés des filières les plus fragilisées par les mesures de confinement, tout en garantissant aux producteurs un prix juste. A la condition de limiter les produits importés, et de sensibiliser nos concitoyens à l'origine France.

C'est en ce sens que la FNSEA et JA ont écrit à François Baroin, Président de l'Association des Maires de France, Dominique Bussereau, Président de l'Assemblée des départements de France et Renaud Muselier, Président de Régions de France.

Dans cet esprit, JA BFC appelle l'Etat, la Région, les départements et les collectivités locales à prendre ces engagements dans les restaurations collectives dépendantes de sa responsabilité, à l'image de la restauration collective hospitalière, scolaire ou pénitentiaire.

Face aux quantités importantes de denrées alimentaires stockées, notamment des viandes, JA BFC souhaitent ainsi que les acteurs de la restauration collective redémarrent l'activité avec une philosophie nouvelle et des engagements qui prennent en compte les premiers enseignements que tire le Président de la République lui-même et s’inscrit dans le sens de notre souveraineté alimentaire. C'est aussi une demande de nos concitoyens et une façon de renforcer le lien entre agriculteurs et consommateurs et de sensibiliser à la qualité des produits de leur territoire.

Les agriculteurs français sont fortement mobilisés depuis le début de la crise, ils continueront toujours de l'être pour nourrir leurs concitoyens. Il est donc légitime d'attendre en soutien, des actes forts de la part des responsables politiques locaux qui, avec la gestion de la restauration collective, peuvent eux-aussi contribuer à la souveraineté alimentaire.

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche