Politique

MUNICIPALES - Le torchon brûle au sein du bureau exécutif d'En Marche

Selon nos confrères du Parisien, François Patriat, sénateur LREM, soutien de première heure d'Emmanuel Macron n'a plus remis les pieds au sein du bureau exécutif du parti. En cause, la nature des investitures pour les municipales.

François Patriat, sénateur de Côte d'Or, n'est pas connu pour "avoir sa langue dans sa poche" et quand il a quelque chose à dire, il le dit. Alors que le parti LREM est en train d'affiner ses soutiens et investitures dans le cadre des municipales du printemps prochain, plusieurs investitures accordées notamment à des maires sortant LR, et notamment celui de Chelles en Seine et Marne, ont eu de quoi irriter le fidèle lieutenant d'Emmanuel Macron. Toujours selon nos confrères du Parisien, l'irritation est à un tel  point que François Patrait n'a plus remis les pieds au sein du bureau exécutif, entérinant par son absence, au passage, une autre investiture LREM, à savoir celle du maire-sortant LR de Toulouse.

Le grand écart idéologique en fonction des intérêts électoralistes semble susciter un certain nombre de remous en interne, au risque de soulever des mobilisations disparates des forces militantes sur le terrain.

Rappelons que cette stratégie de soutien trouve aussi des expressions en Saône et Loire, à l'image des soutiens accordés à David Marti, maire PS du Creusot soutenu parallèlement par des communistes et des écologistes, ou encore celui du maire de Mâcon (LR), Jean-Patrick Courtois, qui a reçu également le soutien de La République d'En Marche. C'est dire que question ligne politique... le grand écart sera de mise... sauf qu'à trop tendre la corde, le risque de se prendre le pied dedans croit chaque jour un peu plus. 

Laurent Guillaumé 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche