Election municipale

MUNICIPALES - Ce qu'il faut retenir du débat entre six candidats à la mairie sur la question de la santé

À l'initiative de la CGT Santé-Action Sociale, hier après-midi, six têtes de liste, candidates à la mairie de Chalon-sur-Saône, ont été invitées à débattre sur la question de la santé et du devenir du Centre Hospitalier William Morey. Retour sur ce temps fort de la campagne électorale avec Info Chalon.

Jeudi, à 14 heures 30, Isabelle DechaumeChaque Jour Chalon»), Gilles PlatretEn Avant Chalon»), Nathalie LeblancCultivons Chalon»), Mourad LaouesBien Vivre à Chalon»), Alain Rousselot-PailleyEnsemble Chalon») et Pascal DufraigneLutte Ouvrière»), 6 des 7 candidats à la mairie de Chalon-sur-Saône, ont répondu à l'invitation de la CGT Santé-Action Sociale, afin de débattre avant le 1er tour des élections, à la Salle des Congrès de la Maison des Syndicats.


Franck Diop, chef de file de «Ensemble pour Chalon», liste soutenue par le Rassemblement National (RN) de Marine Le Pen, n'a pas été invité par le syndicat.


«Ce que porte cette formation politique est incompatible avec les valeurs de la CGT», précise à ce sujet, Hervé Maillot, secrétaire général de la CGT Santé-Action Sociale.


Cette rencontre, qui a duré jusqu'à 17 heures, était l'occasion d'aborder la question de la santé ainsi que le devenir du Centre Hospitalier (CH) William Morey de Chalon-sur-Saône et de ses services.


Avant que le débat co-animé avec Alain Challot, délégué CGT Santé-Action sociale, le secrétaire a lu un communiqué dans lequel les syndicalistes déplorent «depuis trop longtemps» l'absence du député de la 5ème circonscription de Saône-et-Loire, Raphaël Gauvain, sur les dossiers liés à la défense de l’hôpital et des services hospitaliers.


Tour à tour, les candidats ont répondu aux 7 questions du syndicat. Tous s'accordent sur l'idée de refus de fusion du CH avec d'autres structures du département et de la région, à quelques nuances près.


Autres points qui font consensus, la création d'un collectif de défense du CH et de ses services ainsi que sur l'idée de coopérations médicales et techniques sur le Territoire Nord de la Saône-et-Loire, à l'exception du candidat de Lutte Ouvrière (LO), plutôt critique sur les capacités d'un maire à changer les choses.


Sont également intervenus, Bruno Legourd, ancien directeur de l'Hôpital de Chalon-sur-Saône et numéro 5 de la liste «En Avant Chalon», Francine Chopard et Arnaud Barras, également cadre supérieur de santé et adjoint à la direction de l'Institut de formation en soins infirmiers (IFSI) du Chalonnais («Cultivons Chalon») et Claire Rocher, infirmière à l'Hôpita François Mitterrand (ex-Hôpital du Bocage) et tête de liste pour Lutte Ouvrière à Dijon.


Étaient présents, Gilbert DesplacesEnsemble Chalon»), Évelyne Lefebvre, Isabelle Paulo, Véronique Avon, Annie Coulon, Pierre Carlot, Philippe Finas et Paul ThébaultEn Avant Chalon»), pour ne citer qu'eux.

 

 


Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces