Grand Chalon

Le Grand Chalon affiche son Plan Marshall

En présence de Michel Suchaut - Président de la CCI de Saône et Loire, de Laurent Letourneaux - Président du MEDEF 71, Sébastien Martin - Président du Grand Chalon a dévoilé les grandes lignes du projet économique qui va rythmer l'intercommunalité sur ces prochains mois et années. Les explications d'info-chalon.com.

En prélude au conseil communautaire du Grand Chalon qui se tenait ce jeudi soir, Sébastien Martin a présenté à la presse locale, les grandes lignes du projet économique du Grand Chalon. Un projet volontariste avec en ligne de mire une réaction à la situation post-covid. Même si toutes les conséquences de la crise sanitaire, économique et sociale ne sont pas encore connues, l'analyse présentée par le cabinet Ancoris, est venue confirmer la stratégie pilotée par le Grand Chalon depuis quelques années, et surtout l'idée de l'accélérer et de l'intensifier.

"Il nous faut prendre de l'avance"

Plutôt que de rester paralysé face à la situation, c'est donc le choix d'un vaste plan dédié à l'économie qui a été acté par le Grand Chalon, un plan qui repose sur ses points forts évidemments mais aussi sur "l'identification de nouvelles pistes de développement et le renforcement de l'existant, à travers notamment les enjeux du pacte de relocalisation". Faire le pari de l'industrie et de la relance économique, c'est là tout l'enjeu de l'intercommunalité. "Le Grand Chalon ne part pas d'une feuille blanche, et notre stratégie est clairement établie depuis 2015" précise Sébastien Martin, qui a réussi à mobiliser autour de lui, les grands décideurs et donneurs d'ordres locaux. 

Pour le cabinet Ancoris, " notre stratégie repose sur plusieurs scénarios possibles avec l'idée de faire le pari de la relocalisation sur un certain nombre de filières, une stratégie qui se veut également forte de de son adaptation permanente".  

"Les projets seront forcément plus difficiles à obtenir"

Sébastien Martin n'est pas dupe face à la situation économique qui nous attend, et "l'idée c'est de ne pas perdre de temps à se mettre en route alors qu'on sait que 75 % du frêt européen passe par le territoire du Grand Chalon. On va vendre notre territoire en terme d'attractivité en s'appuyant sur nos atouts. Sur les entreprises qui n'ont pas fait le choix du Grand Chalon, on va travailler à expertiser les raisons pour lesquelles un autre territoire a été choisi". 

Enseignement supérieur, Usinerie... 

"Le Grand Chalon s'est posé clairement comme un territoire qui a envie de porter une stratégie industrielle et productive", et ce n'est pas la dynamique de l'emploi de ces dernières années qui viendra démentir cet état de fait.  Les derniers chiffres plaident d'ailleurs largement en faveur du Grand Chalon, si on s'appuie sur le taux de chômage du bassin chalonnais ou encore sur celui du nombre d'étudiants post-bac passé de 1700 en 2014 à 2300 en 2020. Autre sujet sur lequel le Grand Chalon entend mobiliser les moyens, ce sera par le recrutement de deux nouvelles têtes avec des profils de développeurs au sein de la Mission de Développement Economique du Grand Chalon. "Il s'agira d'être plus efficace en matière de chasse aux entreprises" prévient Sébastien Martin, "tout en restant pertinent au regard de l'éco-système chalonnais". 

Filière du nucléaire mais surtout celle du démantèlement, la logistique mais surtout "la reverse", les services à l'industrie, l'industrie 4.0, l'électronique et tout ce qui concerne les objets connectés et capteurs, mais aussi la filière de l'emballage et recyclage des matériaux, sont autant de sujets qui devraient alimenter les rubriques dans les prochaines années. "On est dans une démarche et une réflexion globale pour avoir une offre compétitive à tout point de vue. Il nous appartient de saisir la balle au bond et de saisir les opportunités qui se dessinent". 

Laurent Guillaumé 

Annonces