En Bourgogne-Franche Comté, "80 personnes sont hospitalisées par jour pour des formes graves de la COVID-19"

précise l'Agence Régionale de Santé malgré une "décrue de l'épidémie".

COVID-19 EN BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE :

Dijon, le 27 novembre 2020

Ne pas relâcher les efforts pour confirmer la décrue de l’épidémie

L’amélioration de la situation épidémique se poursuit lentement mais reste fragile en Bourgogne-Franche- Comté, où la deuxième vague continue de peser sur le système de soins et se mesure très lourdement en termes de mortalité.

Le ralentissement de la circulation du virus qui s’observe globalement dans l’Hexagone se vérifie aussi en Bourgogne-Franche-Comté où la situation reste cependant fragile, la région étant l’une des plus durement touchées par cette deuxième vague de l’épidémie.
Du 17 au 23 novembre, le taux d’incidence s’établit autour de 205 pour 100 000 habitants en population générale, en baisse significative par rapport à la période précédente (330/100 000).

L’amélioration reste cependant inégale entre départements, le Doubs et l’Yonne affichant des taux d’incidence plus élevés, en particulier pour les plus de 65 ans pour lesquels l’indicateur reste au-dessus de 300/100 000.
Le taux de positivité des tests, entre 10 et 18%, est encore partout supérieur au seuil d’alerte.

Impact toujours massif sur les hôpitaux

La deuxième vague continue d’exercer une pression massive sur les hôpitaux. Si le pic des entrées est passé, chaque jour en moyenne près de 80 personnes sont hospitalisées pour des formes graves de la COVID-19, entre 13 et 14 en réanimation.

Le nombre de ces personnes actuellement hospitalisées (plus de 1 700) amorce seulement un repli après un haut- plateau d’une dizaine de jours (entre 1 800 et 1 900 personnes hospitalisées, bien au-delà du pic de la vague du printemps).

Pour permettre aux établissements de recouvrer des capacités de reprogrammer des interventions qui ne peuvent plus être reportées sans risque de perte de chance pour les patients, deux nouveaux transferts vers le Grand-Est sont intervenus hier et aujourd’hui, ce qui porte à 15 le nombre de ces transferts hors région depuis le début de la deuxième vague.

Mobilisation et responsabilité

Avec 1 864 décès en établissements de santé contre 1 677 la semaine dernière et 1 048 décès enregistrés dans les établissements médico-sociaux, soit de nouveau plus d’une centaine de plus en une semaine, la mortalité due à la COVID-19 reste très forte en Bourgogne-Franche-Comté.

C’est dire si dans la région, plus encore qu’ailleurs, la nouvelle étape de confinement adapté qui s’ouvre implique que chacun reste mobilisé et responsable, dans le respect des mesures de prévention, des gestes barrières et des consignes d’isolement en cas de dépistage positif ou dans l’attente d’un test.

C’est à l’échelle des comportements individuels que se joue la maîtrise de l’épidémie pour ouvrir les perspectives d’une réussite collective.

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche