Hommage givrotin aux morts pour la France, pendant la guerre d'Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie

Cet hommage s'est déroulé ce soir au Cimetière de Poncey, puis au Monument aux morts de Givry, en présence d'une affluence limitée, imposée par les conditions sanitaires que nous connaissons actuellement.

 

Une dizaine de personnes se sont réunies au pied du monument aux morts givrotin, à l'occasion de cette journée nationale, qui a été instituée en 2003 par Jacques Chirac.

Ce moment de recueillement a pour objectif de commémorer les sacrifices, qui ont été consentis pour la France, entre 1952 et 1962, par les militaires et les supplétifs, lors de la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie.

Son périmètre a été étendu en 2005 aux rapatriés d’Afrique du Nord, aux personnes disparues et aux victimes civiles, ce qui revient à honorer chaque 5 décembre 25 000 morts et 70 000 blessés

 

Cet hommage s'est déroulé en présence de Denis Saunier, Président de l'Union Nationale des Combattants de Chalon sur Saône, Jean Auguste, de l'Union Française des Combattants et Victimes de guerre, des autorités civiles, de Sébastien Ragot, Maire de Givry et de Sébastien Martin, premier vice-Président du Conseil départemental de Saône et Loire.

 

Après que Jean Saunier ait lu un message de l'Union Nationale des Combattants, Sébastien Ragot a lu le message de Geneviève Darrieussecq, Secrétaire d'état auprès de la Ministre des armées.

L'élu givrotin a ensuite rappelé que « deux enfants de Givry » sont tombés en Algérie : Georges Bouillot, gendarme et Louis Ragot, appelé du contingent.

Il a aussi tenu à avoir une pensée pour « toutes les personnes vulnérables et leurs soignants, ainsi que ceux et celles qui sont dans l'inquiétude, que ce soit pour des raisons personnelles ou économiques »

 

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche