«Plan de relance : protégeons réellement ceux qui travaillent et soutenons la création d'emplois», lance Julien Odoul

Communiqué :

Plan de relance : protégeons réellement ceux qui travaillent et soutenons la création d'emplois !

Dans le cadre d'un entretien accordé à la presse régionale ce mercredi 10 mars, la présidente sortante de la région s'est félicitée de la mise en place d'une charte d'engagement autour des aides pour le plan de relance. Madame Dufay présente cette charte comme un outil fort en faveur de l'emploi et avance même, sans aucune source, le nombre d'un millier d'emplois déjà sauvegardés.
Cette charte d'engagement aurait pu être soutenue par le Rassemblement National si ce n'était pas un énième écran de fumée. Comme le rappelle Madame Dufay, la principale organisation patronale, le Médef, n'est pas signataire. L’État, qui a un vrai pouvoir pour contraindre les grandes entreprises à tenir leurs engagements et qui apporte l'essentiel des fonds du plan de relance, n'est pas non plus signataire.
Cette charte n'est qu'une opération de communication stérile qui ne garantit absolument rien. A contrario, le Rassemblement National propose de conditionner les aides au maintien de l'emploi et à l'investissement sur la durée afin d'empêcher des licenciements d'ici quelques mois. Le groupe RN au Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté propose depuis plusieurs années cette sécurité et notamment au travers de nombreux vœux et amendements comme par exemple sur le plan d'aide à l'investissement pour PSA Sochaux en juin 2019.
Si le plan Dufay ne protège pas les emplois, il ne s'attaque pas non plus aux entreprises qui annoncent des plans sociaux comme SKF à Avallon, Honeywell à Saint-Forgeot ou au démantèlement progressif de l'ancien outil industriel d'Alstom par General Electric.
Ce plan n'apporte aucune garantie réelle et comment faire confiance à une majorité de gauche au Conseil régional dont la présidente est une fervente soutien d'Emmanuel Macron et de ses réformes antisociales comme celle de l'assurance chômage. Alors que notre région compte 220 000 chômeurs et subit une forte hausse des activités réduites et précaires, cette réforme, socialement injuste et humainement infecte, va heurter durement les plus précaires, abaissant de 20% l'allocation chômage pour près de 38% des demandeurs d'emploi. Dans notre région où près d'un chômeur sur deux est au chômage de longue durée, cette politique va s'attaquer aux personnes les plus fragiles.
A l'inverse, le Rassemblement National propose une politique ambitieuse pour notre région. Nous refusons de ne voir que deux entreprises acceptées dans le cadre du plan de relocalisation. Nos territoires ont des usines et des talents qui ne demandent qu'à participer à l'effort de relocalisation de la production et donc des emplois. Nous souhaitons conditionner réellement et strictement les aides régionales (l'argent public) au maintien de l'emploi et de l'investissement avec une règle simple : si l'entreprise ne respecte pas ses engagements, elle devra rembourser les aides. Enfin, nous voulons protéger en exigeant l'annulation de la réforme de l'assurance chômage car ce n'est pas en pleine crise économique et sociale que l'on demande à ceux qui sont en difficulté de se serrer la ceinture.
Avec Julien Odoul, le Rassemblement National propose une politique protectrice, pragmatique, ambitieuse et humaniste pour la région Bourgogne Franche-Comté

Annonces

Pub BFC

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche