GEL DE PRINTEMPS - Dominique Juillot demande une révision des pratiques assurantielles

A l'occasion d'une réunion "bilan" en présence du Sous-Préfet de Chalon sur Saône autour du gel de printemps, le maire de Mercurey a posé sur la table la question d'une révision des politiques menées par les assurances.

"Ce n'est pas grave, ya des assurances !", "ils n'ont qu'à s'assurer avec toutes les marges qu'ils font sur le vin".... c'est ce genre de propos qui pullulent depuis quelques jours sur les réseaux ou au détour de discussions informelles. Des propos qui viennent jeter l'opprobre sur le monde agricole et viticole et même créer des dissensions au sein du milieu professionnel. La mise en place du régime de calamités agricoles a soulevé un certain nombre d'interrogations des représentants des 5 appelations viticoles de la Côte Chalonnaise auprès d'Olivier Tainturier, Sous-Préfet de l'arrondissement de Chalon sur Saône. Les assurés seront-ils pris en charge par le dispositif de calamités agricoles ? Est-il financièrement viable de s'assurer  dans pareille situation ? Pourquoi les assurances ne sont-elles pas présentes à ce genre de réunion technique ? 

Autant de questions soulevées et adressées au Sous-Préfet afin qu'il dresse un point d'étape sur ce territoire dont il a la charge. 

Dominique Juillot, maire de Mercurey, est allé plus loin, considérant "que les pratiques des assurances devaient évoluer. C'est bien la perte d'exploitation qui doit être assurée. Il est temps que soit posée la question d'une révision de ces pratiques" avant de pointer la problématique qui s'annonce autour de la question du paiement des fermages, calculés sur des indices décalés et qui risquent de peser lourdement sur des domaines déjà fragilisés par la crise sanitaire de la COVID19. 

L.G

Annonces

Pub BFC

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche