CHa sur scène, Charlène Détouillon à la ville

Info-Chalon a découvert le répertoire frais et réjouissant de cette chalonnaise, accompagnée de ses 5 musiciens, lors d’une sortie de résidence mi-mai à l’Arrosoir à Chalon-sur-Saône. Interview et photoreportage…

Cha est une chanteuse chalonnaise qui écrit et compose ses chansons depuis toute petite. Après avoir appris la musique à l’école de musique de Gilbert Drigon, elle chante dans différents groupes avant de rejoindre le Conservatoire du Grand Chalon en classe Chant Musiques Actuelles. Elle rencontre là-bas les musiciens qui habillent aujourd’hui ses chansons (trompette, accordéon, piano, contrebasse/guitare et batterie) dans une esthétique chaleureuse, chaloupante, chavirante. Le groupe travaille depuis cette année, endure le confinement, et démarre les concerts cet été avec la plus grande joie !

En quoi Cha, la chanteuse, est-elle différente de Charlène, la coach puisque c’est votre métier au sein d’ Empreinte Formation  ?

Lors d’un coaching, je travaille beaucoup avec les émotions. Avec la personne accompagnée, on verbalise, on écoute, on essaie d’utiliser le sentiment pour faire des choix, communiquer, se sentir mieux. Quand je chante ou quand j’écris, le partage d’émotions emprunte un chemin bien plus direct. La sincérité, la vibration des mélodies traduisent le coeur. En cela ces deux métiers sont liés. Donc Cha la chanteuse est un peu la mise en pratique de Charlène la coach (avec un peu plus de folie dans la musique ! ).

Qu’est-ce qui vous a donné envie de chanter ?

A l’âge de 5 ans, j’ai chanté «Mon âne » lors d’un repas de famille debout sur une table et l’assemblée reprenait en choeur le refrain avec moi. C’était tellement chouette que depuis je n’ai jamais arrêté. J’aime danser, être en scène, jouer, harmoniser. 

Chanter, c’est … 

C’est comme parler mais en mieux! C’est accorder plein de part de nous et avec les autres.

Vous écrivez vos chansons, qu’est-ce qui vous inspire ?

J’ai souvent essayé d’aborder l’écriture avec un thème en tête mais à chaque fois mon stylo me raconte autre chose. Sur la plupart de mes chansons, c’est l’insoluble du lien qui me donne des mots. Ecrire m’éclaire, c’est une nécessité. Ça calme mes chagrins d’amour, ça me permet de dire, de prendre du recul par rapport à ma vie de mère. J’aime l’idée de garder une trace des étapes de la vie, et j’aime quand ça résonne chez le public.

Vous êtes bien entourée sur scène, comment collaborez-vous avec vos musiciens ?

Les chansons sont partagées dès leur écriture, avec une direction d’arrangements, puis chacun amène sa touche, qui est toujours intéressante car oui, je suis très bien entourée : à la batterie Olivier Montangerand (batterie), Damien Dequiedt (contrebasse / guitare), Samuel André (trompette), Ugo Lesprit (accordéon et piano),Pierre Inza (guitare).  Le jazz et les musiques du monde font partie de leur parcours et cela me ravit.

Où pourra-t-on vous écouter et quels sont vos projets pour la suite?

Nous jouerons aux Guinguettes à Chalon-sur-Saône le 5 juillet, à Garçon la note à Louhans, le 4 juillet. Et puis par la suite, on ira plus loin, nous avons hâte de jouer partout. Il sera bientôt temps aussi d’enregistrer les chansons en studio.

Photos sortie de résidence et propos recueillis par SBR -  Crédit photo portrait : Ingrid Delberghe 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche