Opinion de droite

Gilles Platret se dit "stupéfait" devant la découverte "des trois recours" déposés contre ses délibérations municipales

À la suite des trois recours déposés contre les délibérations du conseil municipal de Chalon instituant un contrat d’engagement républicain pour les associations et luttant contre le communautarisme en matière commerciale « Jamais je ne céderai à ceux qui veulent la fin de la République et la désintégration de la France » réagit Gilles Platret, maire de Chalon.

Communiqué de presse

 

C’est avec stupéfaction que j’ai pris connaissance des trois recours que viennent de déposer au tribunal administratif de Dijon la Ligue des Droits de l’Homme et l’opposition socialiste chalonnaise tendant à faire annuler les délibérations que le conseil municipal de Chalon-sur-Saône a prises sur ma proposition le 8 avril dernier pour lutter contre le communautarisme et le séparatisme, recours que le greffe du tribunal nous a transmis hier au soir.

Une telle attaque coordonnée témoigne que cette association et ces élus sont les serviteurs zélés des pratiques communautaristes, notamment islamiques, qui sont à l’œuvre pour fracturer la France.

Entendant prendre toute notre part au combat nécessaire pour maintenir l’unité de la République française contre ceux qui voudraient, sur la base d’une religion, créer leur propre société où la laïcité, l’égalité entre les femmes et les hommes, la liberté d’expression seraient menacées, j’ai proposé au conseil municipal, le 8 avril dernier, de conditionner l’octroi des aides financières et matérielles de la Ville de Chalon à la signature d’un contrat d’engagement républicain. Il s’agit tout simplement de demander aux associations qui bénéficient de l’argent du contribuable de s’engager à respecter 7 engagements, au nombre desquels la liberté de conscience, l’absence de tout prosélytisme, la laïcité, l’égalité et la non-discrimination, le respect de la personne humaine, des emblèmes de la République et celui de la légalité et de l’ordre public.

Eh bien, cela déplaît à la Ligue des Droits de l’Homme ! Cet organisme considère qu’il y aurait là une « ingérence dans l’organisation et le fonctionnement de l’association ». La Ligue refuse que le principe de laïcité soit appliqué aux associations. Elle considère que le prosélytisme peut être toléré au sein des associations. En outre, elle va jusqu’à estimer qu’une Ville ne peut refuser une subvention à une association « dont les actions sont parfois contraires aux lois de la République » et conteste le fait que l’on puisse imposer aux associations de respecter le drapeau français, la Marseillaise et la devise de la République, au prétexte qu’« imposer une telle obligation aux membres d’une associations constitue incontestablement une immixtion dans la liberté de conscience et d’opinion » !

On croit rêver, mais c’est bien la position qui est défendue ! Pour la Ligue des Droits de l’Homme, on pourrait donc cracher sur notre drapeau et mériter de l’argent public ? Eh bien, ça n’est pas ma conception des choses : les associations qui luttent contre la République, celles qui luttent contre la France, n’ont pas à toucher un seul centime d’argent public !

Mais cela n’est pas tout car, dans cette attaque coordonnée contre la volonté de la Ville de Chalon de lutter contre le communautarisme, deux autres recours ont également été déposés.

En effet, la Ligue des Droits de l’Homme - encore elle - d’une part, et l’opposition socialiste au conseil municipal d’autre part, demandent au juge administratif d’annuler la seconde délibération que j’avais soumise au conseil municipal de Chalon le 8 avril dernier afin d’éviter que, dans le versement des aides à l’installation des nouveaux commerces, l’argent des Chalonnais aillent aux commerces communautaristes ou au blanchiment d’argent.

Nous savons tous que des stratégies séparatistes sont à l’œuvre, en premier lieu islamistes, pour imposer dans l’espace public des commerces destinés en priorité aux seuls adeptes d’une religion ou aboutissant à une absence de mixité assumée. Il faut être faussement naïf pour nier ce phénomène qui a déjà abouti, dans certaines villes, à un monopole de fait des commerces hallal ou autres, encourageant ainsi des logiques sécessionnistes, qui menacent directement l’unité de la République française.

Nous voulons éviter cette dérive à Chalon-sur-Saône. Or, cela déplaît à la Ligue des Droits de l’Homme et à l’opposition municipale, qui jugent que s’opposer à ce communautarisme serait totalement discriminatoire. Ligue et opposition oublient au passage de préciser que nous avons souhaité qu’en cas de doute sur le risque de communautarisme ou d’activité de blanchiment, la Ville de Chalon solliciterait les services de l’Etat (Renseignement territorial, direction départementale des Finances publiques, Douanes, etc.) pour éclairer sa décision d’aide à l’installation commerciale. Il n’y a donc pas de notre part de discrimination, mais bien la volonté de ne pas donner un seul centime au communautarisme !

Dans ces trois recours, la même logique est à l’œuvre de la part de la Ligue des Droits de l’Homme et l’opposition municipale : fermer les yeux sur la réalité du séparatisme islamique en France et même tout faire pour l’encourager !