Chalon sur Saône

"Risque nucléaire : Le chalonnais concerné" pour Mourad Laouès et Bien Vivre à Chalon

Ce lundi 11 novembre, à 11 h 54, un séisme d’une magnitude de 5,4 sur l’échelle de Richter a frappé la vallée du Rhône, causé de nombreux blessés et entraîné l’arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires. Les secousses qu’il a provoquées ont été ressenties jusqu’à Montpellier, Grenoble et même en Bourgogne. C’est dire l’ampleur de celui-ci ...

Situé à Teil, en Ardèche, son épicentre était situé à proximité dix réacteurs nucléaires d’une puissance potentiellement dévastatrice.

Hier c’était en Alsace qu’une secousse a été ressentie. C’est en Alsace que ce trouve la centrale nucléaire vieillissante de Fessenheim.

Si EDF a tenté un discours rassurant mais peu convaincant, personne n’est dupe du danger auquel les français sont exposés. Depuis Fukushima, on sait bien qu’un accident nucléaire de grande envergure est possible, même dans un « grand pays industriel ». Même l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASR) française se refuse à garantir qu’il n’y aura jamais en France un tel accident. Et il y a de quoi s’inquiéter de la légèreté avec laquelle notre territoire s’est retrouvé parsemé de bombes nucléaires à retardement.

Ce séisme nous rappelle que le risque nucléaire est bien réel, mais surtout qu’il s’accompagne d’un désastre économique et sanitaire sans précédent.

La centrale la plus proche de Chalon est celle du Bugey. Elle aussi a été épinglée par l’ASR à plusieurs reprises. De nombreuses irrégularités ont été régulièrement relevées. Pour ne rien arranger, un accident type Fukushima pour la centrale du Bugey existe. En effet, le risque d’une rupture du barrage de Vouglans situé en amont n’est pas écarté. Ce qui pourrait entraîner une inondation de la centrale suivie d’une panne de son système de refroidissement et, par voie de conséquence, la fusion des réacteurs comme à Fukushima. C’est la raison pour laquelle la Suisse a déposé plainte contre X pour mise en danger et demandé la fermeture de la centrale du Bugey.

En cas d’accident, Chalon est dans le périmètre concerné par des retombées radioactives, mais ne serait pas évacuée. Les villes et villages situés à moins d’une quarantaines de kilomètres du Bugey, dont Lyon et Bourg en Bresse, seraient évacuées vers les territoires voisins. Chalon devrait alors en accueillir des milliers, ce qui serait normal, mais sommes nous préparés ? La population chalonnaise est-elle au courant de ce risque ?

Ce scénario catastrophe n’est pas une fiction, il est considéré avec le plus grand sérieux par les autorités.

Mais pourquoi alors persister dans cette énergie alors qu’elle présente un risque sanitaire et économique important, qu’elle n’est pas aussi propre qu’on le dit, qu’elle pose des problèmes insolubles de gestion des déchets nucléaires sur des centaines d’années, qu’elle est coûteuse pour le contribuable ? Pourtant une solution alternative existe : investir massivement dans les économies d’énergie et développer simultanément les énergies renouvelables, ce qu’ont compris d’autres pays contrairement à la France qui est très en retard dans ce domaine.

Mourad Laoues
Conseiller municipal et communautaire
Candidat aux municipales liste Bien Vivre à Chalon 2020

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche