Info-Chalon donne la parole à l’Association des Commerçants du centre ville, ‘les 3C’, sur le confinement et le déconfinement à venir

A suivre très prochainement, les interviews des autres commerçants !

Info-chalon a interviewé Stéphane Duplessis, Président de l’association des 3C , qui entouré des membres de son bureau, a tenu à apporter les précisions suivantes sur cette période très compliquée vécue par l’ensemble des petits commerçants chalonnais :

Comment avez-vous vécu le confinement en tant que représentant de tous les commerçants au sein de votre association ?

« Après avoir dû gérer les problématiques de nos propres commerces, nous avons souhaité prendre des nouvelles de nos collègues, renouer le lien et rester en contact pour pouvoir s'entraider dans un premier temps en partageant les informations utiles (démarches pour solliciter les aides aux entreprises notamment). D'ordinaire nous sommes chacun dans nos commerces, finalement assez isolés et manquant souvent de temps pour nous retrouver et échanger. Là, la question du temps ne se posait plus, mais de ne plus se croiser quasi quotidiennement a été difficile. Un vrai besoin de se retrouver et de s’entraider, de se sentir utile aussi est apparu rapidement ! ».

Par quels moyen êtes-vous restés en contact entre vous ?

« La difficulté était de trouver un moyen d'échanger sans se retrouver physiquement ! Heureusement nous avions déjà un lieu d'échanges virtuel entre commerçants via un groupe Facebook qui nous a permis de partager bon nombre d'informations, articles de presse etc... Nous avons aussi développé les réunions en visioconférence pour le bureau des 3C et le téléphone et le mail ont été nos meilleurs amis pendant plusieurs jours ! ».

Quelles ont été leurs questions récurrentes et les problématiques auxquelles votre association dû s’adapter lors du confinement ?

« Après avoir informé sur les aides existantes, nous avons souhaité réfléchir sur l'après-confinement et le retour dans nos commerces... Comment concilier le plaisir de venir consommer en centre-ville et la nécessité de le faire en toute sécurité sanitaire ? En l'absence de réponses claires officielles, il a fallu réfléchir, observer ce qu'il se passait ailleurs, anticiper les besoins à venir. C'est pourquoi nous avons choisi de travailler sur deux axes : la sécurité sanitaire et la communication.

Pour la première, nous avons choisi de nous transformer en centrale d'achats afin de proposer à nos adhérents un « kit de première nécessité sanitaire » et pour cela nous avons commandé des masques jetables et en tissu, des visières en plexiglas et du gel hydroalcoolique.

Pour l'axe de communication, nous avons travaillé à une première affiche où nous souhaitions voir apparaître un maximum de visages de commerçants du centre-ville, visages bien connus de la plupart de nos clients. Grâce à un bel élan de solidarité, nous avons réuni près de 80 photos qui transmettent le message d'un commerce agréable et néanmoins sécurisé en centre ville. Nous remercions à ce propos Nicolas Onoffre qui nous a gracieusement offert ses talents de graphiste pour composer cette affiche dont nous sommes très fiers. Et ce n'est pas fini ! ».

Selon vous, qu’est-ce que le confinement a engendré sur les commerces du centre-ville et globalement à combien estimez vous les pertes pécuniaires à cause du Covid 19 ?

« La plupart ont perdu plus de 50% de leur CA en mars et 100% en avril. Les commerces de bouche qui ont pu rouvrir ont enregistré eux aussi une importante baisse engendrée par la perte de trafic ! ».

Comment entrevoyez-vous le déconfinement et quels sont les outils que vous avez mis en place à destination des commerçants pour la réouverture ?

« Dans un premier temps, le kit de démarrage sanitaire, comme cité plus haut. Nous voulions offrir à chaque commerçant la possibilité de trouver rapidement tous les éléments nécessaires à la réouverture, comme le proposent les grandes enseignes à leurs franchisés. Si la demande est forte, nous retenterons peut-être l'opération à plus grande échelle. Nous avons également partagé les fiches métiers récemment éditées par le ministère du travail afin que chaque commerce connaisse les procédures à suivre pour une sécurité sanitaire optimale ! ».

Votre association est-elle pour ou contre le déconfinement et pourquoi ?

« Nous ne pouvons pas répondre au nom de tous nos adhérents, chacun a sa sensibilité en la matière et chaque situation appelle une réponse différente. En revanche, l'envie de retrouver nos clients est très forte, nous préparons activement la réouverture et dans les meilleures conditions sanitaires possibles ! ».

Dés lors qu’il sera mis en place quelles seront les prérogatives sécuritaires selon vous pour accueillir le public ?

« Nous préconisons le port du masque pour toute personne qui entre en boutique et le passage des mains au gel hydroalcoolique. C'est pour cela que nos magasins en seront équipés. Et bien sûr, nous recommandons aux commerçants le port du masque, le nettoyage régulier des mains et celui intensif des boutiques chaque fin de journée ! ».

Pendant le confinement ou le déconfinement à venir, de quelles aides ou soutiens avez-vous pu bénéficier ou qu’attendez-vous comme aide actuellement ?

« Il est vrai que plusieurs aides financières ont été mises en place par la Région, le Département et le Grand Chalon. Notre volonté a été de remonter les demandes et les inquiétudes des commerçants chalonnais, c’est pourquoi nous avons interrogé le Député de notre circonscription Raphaël Gauvain et les sénateurs Marie Mercier et Jérôme Durain sur plusieurs sujets brûlants comme les fiches métiers, l’exonération des charges, le rôle des assurances sur la perte d’exploitation et bien sûr la date des soldes qui devrait, selon nous, être reculée.

Au niveau local, nous avons été depuis plusieurs semaines force de propositions. Nous avons interpellé le Maire de Chalon dans un courrier officiel courant avril, relancé à plusieurs reprises nos interlocuteurs en mairie pour informer et rassurer les commerçants dans le cadre de l’ouverture des boutiques le 11 mai et de la dynamique du centre-ville que nous devrons enclencher ensuite.

Nous avons besoin de gestes et d’actions forts pour sauver notre centre-ville. Je ne parle pas uniquement des zones piétonnes, mais de l’ensemble des commerçants qui dessinent le tissu économique de Chalon. Nous rentrons, je pense, dans une nouvelle manière d’appréhender le commerce tant pour le consommateur que pour nous commerçants. Le service de proximité va prendre tout son sens dans les jours qui viennent, chacun d’entres nous proposera des produits sécurisés dans un environnement commercial qui respecte les règles ! ».

J.P.B

 

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche