Châtenoy le Royal

La Banda Desperados offre un autre registre lors de son concert annuel

L’Harmonie Banda Desperados a donné une version nouvelle de qualité qui change quelque peu l’esprit qui est le sien et en accueillant un Big Band Jazz.

Comme nous l’avions annoncé précédemment, l’Harmonie Banda Desperados s’est doté d’un nouveau chef en la jeune personne de Quentin Sigonney. Souvent dans ce monde de la Musique l’impulsion vient de celui qui dirige l’orchestre ou le choeur en matière de chorale.

La Banda Desperados a acquis ses lettres de noblesse dans le monde de la musique festive de rue. Force est de constater que d’année en année elle a pris une certaine assurance qualitative en la matière et est devenue une référence dans cet esprit du monde de la «  Banda ».
Pour ce concert annuel 2020 un nouveau tournant a été pris pour cet ensemble musical s’orientant cette fois-ci plus sur de l’Harmonie avec des musiques qui s’y rapportent ce qui, pour un concert, peut être et l‘a été une façon de voir la qualité d’interprétation des musiciens.

Le ton a été donné en ouvrant sur ce fameux « Highland Cathedral » dont on se plait d’entendre en version « Pipes », comprenez cornemuse. Juste ce qu’il faut pour donner le ton et la chaire de poule pour mettre au diapason une salle des fêtes archi comble.
Ensuite cette première partie de concert a été à la hauteur des morceaux choisis que ce soit Odyssey ou encore «  La Vita E bella » qui vous remet dans la tête le magnifique film dramatique de Roberto Benigni, tout en remettant en mémoire aussi le souvenir d’un ami grand musicien décédé en 2019.
Une première partie ou il a juste fallu se laisser et écouter, savourer de musiques connues comme « Go West » pour ne citer que celle ci ou encore un amusant arrangement, crée par le Président de la Banda Desperados, Laurent Balaguer et portant le nom bizarre de « Bubacasaflokodro » et de terminer sur « Umbrella » de Rihanna qui semble avoir fait trembler les musiciens, à les écouter ….

On ne se lasse pas d’entendre la Musique surtout lorsqu’elle est belle et bien interprétée comme se fut le cas en ce dernier samedi de janvier 2020. Juste une petite réflexion, que la Banda, notre Banda châtenoyenne conserve toutefois son répertoire, celui qui nous met chaud au coeur et aux mains grâce à son esprit festif. On l’aime aussi sous ce registre, ici et ailleurs.

Quand à la seconde partie force aussi est de constater que la prestation du Big Band Jazz venu de Feigères dans l’Ain a montrer son professionnalisme en la matière et en interprétant une autre musique celle du Jazz Funky. Dirigé également par Quentin Sigonney, ce « clan familial » maitrise parfaitement son programme surtout quand vient s’ajouter la jolie et jeune chanteuse Laurie Gazeau dont la voix surprend par sa fraicheur et ses différents registres. Un vrai bonheur !

Le public en final, dont le maire Vincent Bergeret, ne sait pas tromper en venant écouter les deux formations qui se sont d’ailleurs unies pour interprétés deux morceaux en commun afin de clore cette soirée.

JC Reynaud

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche