Faits divers

TRIBUNAL DE CHALON - Déjà condamnés en décembre, deux Georgiens prenaient les commerces de Chalon sur Saône pour des vaches à lait !

Le 29 décembre dernier Giorgi K. passait en comparution immédiate pour des vols en réunion. Piquer « La vie est belle » chez Nocibé, c’était lui, mais le tribunal « m’avait pardonné », dit-il aujourd’hui, car c’est ainsi qu’il se représente la peine de 4 mois avec sursis. On suppose que l’OQTF alors notifiée pendant sa garde à vue a à peu près le même sens, c’est-à-dire aucun. Ce lundi 25 juin, Giorgi K., jugé avec un co-auteur pour des vols dont le préjudice total avoisine les « 10 000 euros sur un mois » dit la présidente Foucault, a été incarcéré.

Des commerçants installés sur la zone commerciale de Chalon sud et de Saint-Marcel, « exaspérés », dira le substitut du procureur Dominique Fenogli, d’être volés à répétition, avaient fini par identifier la Laguna qui servait au transport de 4 hommes. La brigade de recherche de la gendarmerie enquête. On pose un moyen de géolocalisation sur la Laguna, on surveille, on nomme les cibles Target 1, 2, 3, et 4, et on arrête en flagrant délit, Target 1 et Target 3, soit Giorgi K., 44 ans, condamné ici-même en décembre 2017, et Levan G., 32 ans, au casier vierge en France. Deux géorgiens sur quatre : deux compatriotes assistent à l’audience, on se plaît à imaginer que ce sont Target 2 et Target 4, on n’en sait fichtre rien. Vu le mode opératoire, tous ces hommes sont dépendants les uns des autres, et ont été localisés sur le secteur des Aubépins. Pourquoi Levan est-il venu en France ? « Pour faire ma vie. » Pourtant il avait un billet de retour déjà payé et n’a pas déposé de demande d’asile, il dit que c’est le 115 de Mâcon qui l’a envoyé sur Chalon.

Dans plusieurs enseignes discount, ils volaient des produits alimentaires, de l’alcool, et d’autres choses comme des lames de rasoir. Le premier entrait dans le magasin, son téléphone ouvert, ses oreillettes branchées, il repérait les lieux, puis deux autres arrivaient et hop. Manteaux avec sac à dos cousus à l’intérieur, vêtements trafiqués pour accueillir la marchandise. Ça s’appelle une bande organisée, mais le parquet a fait un choix d’opportunité : l’enquête carouble les dossiers des deux prévenus, et « une forte peine pourrait dissuader ceux qui sont restés dans la nature ».
Cela dit, les prévenus bien évidemment contestent la moindre organisation, même si l’enquête l’établit. Le 28 mai dernier vers 19h40, la voiture revient « d’un périple de vols » et se gare avenue de Paris, vers une épicerie. Les prévenus sortent du véhicule, entrent dans l’épicerie avec des sacs pleins, ils ressortiront avec des sacs vides. « On pense que vous écouliez ainsi la marchandise volée », mais, non, non, pas du tout.

Les hommes ont reconnu les faits, toutefois après avoir vu les vidéos : « ils savent qu’il y a des caméras, mais ça ne les arrête pas », développera le substitut du procureur. « Le trouble à l’ordre public est évident. Nous espérons qu’ils repartiront en Géorgie. »  Il requiert 18 mois de prison pour chacun dont 6 mois avec sursis, et leur maintien en détention. Maître Trajkovski plaide contre une caricature de la situation bâtie à trop gros coups de traits : « Je comprends que les commerçants en aient assez, mais je note un amateurisme et non un professionnalisme. »  Leader Price, Lidl, Noz, Bricoman, les 9, 24, 25, et 31 mai, tous les deux. L’un des deux avec un autre, le 16 et le 22, le second avec un autre, les 14, 18, 23, 26, 28, et 30. Ça remplit l’agenda comme si on bossait, y compris en dilettante.

Le tribunal fait préciser par l’interprète à l’intention de Giorgi K. qu’il « n’est pas pardonné », pas davantage qu’en décembre et lui montre à quoi sert une peine de prison avec sursis en révoquant les 4 mois. Il le condamne à 12 mois de prison, ça fait donc 16 mois. Levan G. s’ouvre un casier en France avec une peine conséquente : 12 mois ferme. Ils devront indemniser les commerçants à hauteur des préjudices fixés, ou plutôt ils devraient, mais avec quel argent ? Ils sont maintenus en détention, et certains membres de la « communauté géorgienne » du secteur des Aubépins sont dans les radars.

FSA

Pour lire le récit de l’audience du 28 décembre : http://www.info-chalon.com/articles/faits-divers/2017/12/29/34789/tribunal-de-chalon-des-georgiens-pris-la-main-dans-le-sac-a-la-galerie-commerciale-de-chalon-sud-pries-de-quitter-le-territoire/

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche