Une gifle, un tweet, une image... La violence est l’ADN de l’extrême droite pour Femmes Solidaires

Communiqué de presse

« Nous formulons le vœu que nos enfants veuillent considérer l’existence libre des êtres humains comme valeur suprême, que le droit à la vie, le droit à la dignité personnelle et le droit à la liberté ne puissent plus jamais être violés. Dans la coexistence des peuples, l’égalité sociale et la justice doivent remplacer toutes les aspirations à la domination. »

Le testament des femmes de Ravensbrück, Avril 1944

Femmes solidaires est un mouvement féministe, laïque, d’éducation populaire, implanté dans 190 quartiers et campagnes en France. Notre association est riche de la diversité des femmes qui la constituent depuis sa création : femmes françaises, femmes de France, immigrées, issues de l’immigration, femmes d’ici et d’ailleurs. Nous sommes nées des comités féminins de la Résistance,de la lutte contre le fascisme, de la victoire sur le nazisme. Le serment des femmes de Ravensbrück, aujourd’hui encore, guide notre action et chaque parole que nous posons. La lutte contre le fascisme est dans notre ADN. Voilà pourquoi, au-delà de toutes circonstances historiques, économiques ou sociales, nous ferons toujours obstacle au Rassemblement national.

D’un côté, les femmes sont en première ligne des politiques publiques d’austérité organisées par le libéralisme. De l’autre, dans les villes où il s’est installé, elles sont les premières victimes des politiques de préférence nationale, sexistes et racistes du RN. La normalisation des idées et de la rhétorique d’extrême droite, dont la reprise ne constitue plus un interdit, a des conséquences très concrètes sur la libération d’une violence et de propos, actes racistes, antisémites et sexistes. Cette surenchère permet de désigner des boucs-émissaires aux difficultés des Françaises et des Français.

Mais la violence comme mode d’action n’est pas un hasard, elle est constitutive de la politique des mouvements d’extrême droite depuis toujours. Des milices de Vichy, de la terreur de l’OAS, de l’assassinat d’Habib Grimzi, jeune algérien jeté d’un train en 1983, d’une image dégradante de Christiane Taubira publiée par un militant FN, aux actes banalisés de violences envers la République, une gifle, un tweet, une image... La liste est longue des actes de violences racistes et anti- républicaines de l’extrême droite encouragée par les propos haineux du Rassemblement national. Nous les dénonçons et refusons de les banaliser.

Les idées du RN sont depuis toujours incompatibles avec notre Constitution qui prône l’égalité des citoyen.ne.s quels que soient leur origine, leur religion ou leur absence de religion, leur sexe et leur orientation sexuelle.

Dans d’autres temps, il a fallu du courage mais surtout de la clairvoyance pour que des femmes politiquement opposées s’unissent dans la Résistance pour vaincre leur adversaire commun, le fascisme. Nous sommes de nouveau à ce moment de l’Histoire, un moment de défense de la République et de ces principes sociale et démocratique, de fraternité, laïque et féministe.

Pour toutes ces raisons, nous appelons partout en France, d’une part, à manifester le 12 juin pour les libertés, contre les idées d’extrême droite et d’autre part, à aller voter les 20 et 27 juin prochains.

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche