TRIBUNAL DE CHALON - 18 personnes détenues au centre pénitentiaire de Varennes le Grand ont refusé de réintégrer leurs cellules.

Samedi dernier, le 21 mars en fin d’après-midi, 18 personnes détenues au centre pénitentiaire de Varennes le Grand ont refusé de réintégrer leurs cellules. L’un d’eux a mis le feu à une poubelle. Le feu n’a pas vraiment pris, et il l’a finalement éteint, avec un autre. N’empêche que deux gendarmes l’ont extrait et qu’il est dans le box des comparutions immédiates, ce lundi 26 mars.

Il en faudrait plus à ACM Construction pour l’empêcher de satisfaire ses clients !

Audrey et José en télétravail

Immobilier

TRIBUNAL DE CHALON - Il avait volé le sac à main d'une femme au centre commercial des Aubépins

Dans la salle d’audience parfaitement vide, au tribunal, les enceintes crachotent une petite toux sèche. Le prévenu est dans la salle des visio au centre pénitentiaire de Varennes-le-Grand, et il tient une bonne crève. En ce temps lunaire de confinement national pour cause de pandémie due à un virus qui se déclare par une toux sèche, il y a quelques mots dans ces phrases que l’on n’aime guère.

: Potignon et fils Pépinières» : Durant le confinement, nos bureaux sont fermés mais vous pouvez commander par téléphone (03.85.56.38.15) ou par mail ([email protected])… nous assurons un service rapide et une livraison à domicile

TRIBUNAL DE CHALON - « Pourquoi il porte un masque ? »

Une escorte de trois policiers de la brigade des stups de Dijon est entrée par le fond de la salle. On démenotte un prévenu qui se tient alors à la barre, un masque de protection sur la bouche. « C’est parce qu’il arrive d’Espagne, alors… » Alors, a-t-il été dépisté ? « Non, mais… »

TRIBUNAL DE CHALON - Intercepté au volant d'une voiture volée, alcoolisé et roulant sur la jante

Mardi en fin d’après-midi, on signale sur l’autoroute A6, arrivant de Dijon, une voiture qui fait « n’importe quoi ». Les gendarmes se postent sur l’échangeur à Chalon Nord et l’interceptent. Enfin, pas immédiatement, car sommé de s’arrêter le conducteur a remonté sa vitre et a filé. Enfin, filé... pas si vite que ça : il roulait sur une jante.

CORONAVIRUS - Les mesures annoncées et à respecter

Annonces

TRIBUNAL DE CHALON - 34 ans et 33e condamnation....

Le costaud est éperdu, comme perdu. Il parle vivement. On est le jeudi 27 février, à l’audience des comparutions immédiates. Lui, il s’est fait arrêter le 24 au matin. Il a fait 48 heures de garde à vue, puis il a été placé en détention provisoire. 32 condamnations à son casier, il connaît la musique. Mais il est perdu, éperdu, parce que « en deux heures de temps, ma vie a basculé ».

TRIBUNAL DE CHALON - Interdit de séjour sur la commune de Cuisery

A sa sortie de prison, il sera interdit de séjour sur la commune de Cuisery. Ce lundi 20 février, à l’audience de comparutions immédiates, le tribunal a jugé un homme de 33 ans, auteur de 15 vols ou tentatives de vols, entre le 27 novembre dernier et le 17 février, dans le bourg de Cuisery. Il sort de garde à vue, les gendarmes l’escortent.

TRIBUNAL DE CHALON - « Le cheval serait plus rapide que la poste »

M. X est né en 1986 à Chalon. Arrêté pour une histoire de stupéfiants, mi-janvier, il attend en prison d’être jugé. A l’audience de comparution immédiate ce lundi 10 février, son avocat s’adresse aux juges pour demander le renvoi : « Il y a trois pouvoirs, les deux premiers sont en train d’étouffer le 3ème, et le 3ème, c’est vous. »

TRIBUNAL DE CHALON - « Tout fout le camp. Aujourd’hui vous avez des professeurs qui jettent leurs cartables, des médecins qui jettent leurs blouses, des avocats qui jettent leurs robes. »

Nous sommes à l’audience correctionnelle de 14 h, ce vendredi 24 janvier, fin de la 3ème semaine de grève des avocats, une grève illimitée. Plusieurs avocats sont dans la salle pour soutenir leurs confrères qui demandent le renvoi de l’unique dossier inscrit au rôle.

TRIBUNAL DE CHALON - Il s'en était pris à sa mère et sa tante (3)

La salle d’audience du tribunal, ce jeudi 16 janvier, accueille un peu de monde mais tout est bien calme quand retentissent trois coups de cannes. Impérieux. La mère du prévenu est dans la salle et exige l’attention de son fils en frappant le sol. Une accompagnante lui demande d’arrêter car elle risque de devoir quitter la salle si elle la trouble. On croirait cette vieille dame sortie d’une bande dessinée.

TRIBUNAL DE CHALON - Un peu une patate chaude qu'on se refile de prison en prison

« Vous êtes bien monsieur X ? » Le prévenu acquiesce et complète d’une voix forte « alias Al Qaïda ». Nous voilà mis dans le bain. Une eau troublée, un salmigondis assaisonné d’incises particulièrement violentes. Quatre gendarmes l’escortent. Il est français d’origine turque. C’est d’ailleurs en Turquie qu’il fut condamné à 18 ans et 4 mois de prison. Quand il a obtenu son transfert dans les prisons françaises, il lui restait à faire « 11 ans 10 mois et 11 jours ».