Chalon sur Saône

Manifestation des lycées de Chalon-sur-Saône, «plus chauds que le climat»

L’appel a été entendu. Vendredi après-midi, des jeunes de tous les lycées de Chalon-sur-Saône ont manifesté dans les rues afin d'interpeller les élus sur le réchauffement planétaire. Retour en images avec Info-Chalon sur cette première mobilisation lycéenne contre le changement climatique

Ce vendredi 15 mars, les lycéennes et lycéens de tous les établissements du second cycle des études secondaires de Chalon-sur-Saône , ainsi que quelques écologistes et collégiens, sont descendus dans la rue. Objectif : réveiller les consciences sur le réchauffement climatique.


Des milliers de jeunes se sont mobilisés aux quatre coins du monde y compris, à Chalon-sur-Saône, suite à l'appel lancé par la Suédoise Greta Thunberg, une étudiante de 16 ans et de différentes associations écologistes, parmi celles-ci, l'Association Chalonnaise transition écologique(Acte).


Dans notre ville, le rendez-vous était donné à 14 heures Place de l'Hôtel de Ville. Dès 13 heures, les lycéens commençaient à affluer aux abords de la Mairie. Si à l'heure du départ, le cortège était plutôt dense — 500 manifestants au niveau de la Rue du Général Leclerc —, force est de constater qu'au cours de l'après-midi, il s'est clairsemé.


Pour éviter que la planète ne se dessèche, les lycéens de Chalon-sur-Saône ont été ainsi nombreux à sécher les cours ce vendredi. Pas mal pour une première!


Cette manifestation a été organisée à Chalon-sur-Saône par Jean-Baptiste et son ami Charles, membres de Youth For Climate, mouvement né en Belgique début janvier 2019 répondant à l'appel de la jeune Greta Tumberg, invitant tous les jeunes à sécher les cours pour le climat le vendredi.


On pouvait lire des slogans imaginatifs écrits sur des pancartes en carton, un article est d'ailleurs consacré dans nos colonnes à certains d'eux, histoire de rendre hommage à l'originalité dont on fait preuve nos lycéens, concernés, eux aussi, par le réchauffement climatique. Tandis que certains scandaient «plus chauds que le climat» ou encore «Quand c'est fondu, c'est foutu».


La manifestation a traversé les rues piétonnes, le Boulevard de la République, l'Avenue Nièpce, les Quais Gambetta et des Messageries, avant de revenir à son point de départ. Le cortège s'est déroulé sans aucun débordement.


Vint ensuite le temps de la réflexion et de la prise de parole. Un débat a été, en effet, organisé avant de prendre fin aux alentours de 17 heures.


La grève lycéenne de ce 15 mars et celle prévue demain, à 14 heures 45, Place Saint-Vincent, veulent alerter politiques et citoyens sur la nécessité de prendre des mesures immédiates pour l'environnement.


Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche