Faits divers

TRIBUNAL DE CHALON - Il voulait une voiture neuve... du coup il s'est servi dans le garage à Saint Marcel

Il avait quitté la salle d’audience le 14 décembre dernier en lançant : « Bon ben, à une prochaine ! », parce que le pire n’est jamais sûr dit-on, mais ça dépend quand même des vies qu’on mène. Il avait bien raison, la prochaine est déjà là, ce lundi 21 janvier lors des comparutions immédiates. Y. F., 38 ans, est posé dans le box, à répéter « chuis un con ». Il a volé une voiture jeudi dernier, voiture entreposée dans un garage à Saint-Marcel.

A la base, il avait seulement volé la clé du véhicule. Soit, mais pourquoi ? lui demande la présidente Delatronchette. « Ah ben j’étais énervé ! Je voulais que ma voiture soit toute bien, avec la musique. Ils m’ont dit non-non-non. » Il pique la clé, il repart, puis rencontre « quelqu’un » qui serait intéressé par le véhicule que démarre cette clé. « Quelqu’un » qui « traîne toujours au parc de Saint-Marcel », alors que fait le prévenu ? Il retourne au garage, à la nuit tombée, escalade le grillage, et sort au volant d’un joli modèle.

Le gérant du garage, informé de la disparition d’une clé par ses employés, voit un vélo rôder, le soir, alors qu’il quitte les lieux. Il trouve ça louche, appelle la police pour signaler un manège qui lui semble suspect au dernier degré, et finalement retourne au garage, écoutant son intuition : il voit le vol s’accomplir. La BAC arrive quasiment en même temps que lui. Gyrophare, sommation de s’arrêter, Y. F. n’obtempère pas : on jette sous la voiture qu’il conduit un dispositif qui la stoppe. Y.F. parle de herse, c’est autre chose. Il a bugné la voiture volée contre le pare-choc de la voiture de police. Il ne se souvient de rien, il semble décalqué.

« Je savais pas que c’était la police, je croyais que c’était une voiture normale. » … « C’est pas très clair, monsieur, hein », lui renvoie à deux reprises la présidente. « Ben oui. J’ai fait l’con. » Le gérant confirme, et confirme aussi que ça ne date pas d’hier : « Il est connu de mon garage. Il me doit de l’argent d’il y a quelques années, alors bon. » Alors voilà, en décembre il comparaissait détenu pour autre cause, il sort de prison le 31 décembre et trois semaines après il pique une clé « juste pour les faire chier, au départ », puis rapidement envisage un coup plus lucratif, et le vice-procureur Charles Prost requiert à nouveau un mandat de dépôt.

On lira ici le récit de l’audience de décembre http://www.info-chalon.com/articles/faits-divers/2018/12/14/41222/tribunal-de-chalon-a-epervans-sur-fond-d-embrouilles-et-de-vols/. Y. F vit toujours dans une caravane sur le terrain de ses parents à Epervans. Le 17 janvier dernier il était positif au THC, mais pas à l’alcool. « J’ai gâché ma vie, là, j’ai compris, je suis vraiment qu’un con. » La présidente lui dit doucement qu’il répète ce qu’il disait en décembre et que si l’on peut comprendre que ça ne soit pas facile pour lui, il a quand même trouvé le moyen de voler une voiture, à peine sorti de prison, « et pas la plus moche » lui lance la juge. Il est en état de récidive légale (condamnation d’avril 2016). Maître Bourg fera son possible pour contester le refus d’obtempérer, mais les déclarations préalables de son client avaient miné le terrain.

Le tribunal le condamne à 12 mois de prison dont 2 mois assortis d’un sursis mis à l’épreuve de 2 ans, obligation de soins et de réparer le préjudice, ordonne un renvoi sur intérêt civil en mars prochain, décerne mandat de dépôt : il est incarcéré.

Florence Saint-Arroman

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche