Economie

Première édition du concours Open4Start-up de Nicéphore Cité : 3 lauréats primés

Pour détecter des projets innovants et les accompagner dans leur implantation sur le territoire du Grand Chalon, Nicéphore Cité a lancé un concours, Open4Start-up, dont la première édition s’est achevée jeudi dernier, avec la sélection de 3 lauréats, qui ont chacun reçu un prix des mains de Sébastien Martin, Jean-Claude Lagrange et Laurent Champaney.

Pôle d’ingénierie numérique image et son, Nicéphore Cité a pour mission de sensibiliser et d’accompagner les entreprises à la transition numérique, enjeu majeur de la croissance économique du territoire du Grand Chalon et de la Région Bourgogne Franche-Comté, comme l’a souligné il y a peu Sébastien Martin, au moment de dévoiler les contours de la future Cité de l’Economie et de l’Ingénierie numérique*. Implantée au sein de l’ancienne sucrerie de Chalon-sur-Saône, Nicéphore Cité dispose entre autres choses d’équipements de pointe, notamment d’un espace de coworking et d’un FabLab, co-construits avec un large réseau de partenaires issus de la recherche, de l’enseignement, de la formation, de l’industrie, mais aussi de collectivités et acteurs économiques et institutionnels.

Membre du réseau thématique IoT & Manufacturing French  Tech depuis 2016, Nicéphore Cité a lancé la première édition de son concours « Open4Start-up », afin de détecter des projets innovants et les accompagner dans leur implantation sur le territoire du Grand Chalon.

Un concours, huit projets et 3 lauréats

L’objectif d’un tel concours ? Rien moins qu’identifier, parmi une flopée de candidats, les trois meilleurs projets, ceci pour leur attribuer trois prix différents et leur faire bénéficier à la fois d’un accompagnement financier et intellectuel, sous la forme de journée de prestations de conseils et de formation.

« Une flopée de candidats » ? Oui, car, le jeudi 7 septembre, ce ne sont pas moins de huit projets qui ont été présentés et que le jury présent ce jour-là a eu à départager, pour n’en retenir que trois, dont les noms ont été révélés une semaine plus tard, au même endroit, en présence de Sébastien Martin (président du Grand Chalon), Jean-Claude Lagrange (vice-président de la Région Bourgogne Franche-Comté, en charge de l'Économie) et de Laurent Champaney (Directeur général d’Arts et métiers, venu célébrer le même jour l’implantation de l’Institut Image à Chalon-sur-Saône, en 1997*).

Prix « Manufacturing »

C’est Bilel Belbechir (CAPSIT) qui a remporté le Prix « Manufacturing », conçu pour les porteurs de projets non constitués en entreprise, mais ayant l’intention de la créer dans les mois en venir. Le jury a ainsi sélectionné un « projet de dispositif innovant de conditionnement de substances à infuser dans des dosettes rigides ».

A la base de ce projet ? Un constat : l’usage de plus en plus généralisé de machines à café fonctionnant avec des capsules à des prix parfois prohibitifs et posant des problèmes environnementaux (recyclage, etc.). Pour éviter ces deux inconvénients, tout en assurant le libre choix des grains de café, Bilel Belbechir entend principalement louer des machines capables de remplir de café des capsules ayant une capacité de production de 600 capsules par heure. Accessoirement, son modèle économique étant la location, il vendrait aux particuliers amateurs de café un autre type de machines, aux capacités de production moindres (30 capsules par jour). Est-ce parce que, lors de sa présentation, celui-ci a fait état de contacts avec des professionnels qui comptent dans ce secteur que le jury l’a retenu ? Est-ce parce que, lorsqu’on lui a demandé s’il était prête à s’nstaller sur le territoire du Grand Chalon, celui-ci a répondu tout de go : « Oui ! » ? Toujours est-il qu’il lui a décerné le Prix « Manufacturing ».  

Concrètement, Bilel Belbechir remporte ainsi 10 000 euros, un « chèque » conditionné à une création d’entreprise sur le territoire du Grand Chalon. Il bénéficiera également d’un hébergement professionnel sur 12 mois, avec mise à disposition d’un bureau au sein de la pépinière Nicéphore Cité, et d’un accès au réseau d’experts de la filière ingénierie numérique, image et son, ainsi qu’au FabLab de Nicéphore Cité. Il sera également accompagné dans le développement de son projet par des experts. Sous réserve d’être éligible auprès du comité de sélection, il sera accompagné par l’Incubateur Régional Prémice. Il pourra, s’il est éligible là aussi, bénéficier d’une aide à l’innovation de l’ARDIE (Presta’Inno).

Prix « IoT » pour FUEL-IT qui recrute des développeurs sur Chalon-sur-Saône

Le Prix « IoT », lui, a été remporté par FUEL-IT. Sur le même modèle que le Prix « Manufacturing », il est conçu lui aussi pour les porteurs de projets non constitués en entreprise, mais ayant l’intention de la créer dans les mois en venir. Il confère les mêmes avantages.

Le représentant de FUEL-IT (François Du Garreau) et ses co-équipiers entendaient quant à eux, après avoir remarqué que les jauges de cuves étaient assez archaïques, répondre à une question : « comment simplifier l’achat et la consommation de fuel ? » Comment ? En présentant un capteur de niveau de fuel connecté pour particuliers et professionnels. En gros, en lieu et place d’une jauge mécanique, pneumatique ou filaire, FUEL-IT entend proposer une jauge d’utilisation simple qui, lorsque le niveau de fuel atteint un niveau critique, vous prévient. Ce qui a l’avantage d’éviter toute rupture d’approvisionnement à des moments peu opportun (veille d’un weekend, etc.). Un capteur qui intéresse déjà le milieu de la domotique (une spécialité du bâtiment regroupant les techniques permettant de contrôler, d'automatiser et de programmer l'habitat) et les industriels, notamment en raison du moindre coût, pour les immenses services qu’il peut rendre, du capteur en question. Un projet qui a convaincu le jury, avant même, semble-t-il, que François du Garreau n’annonce, au moment de recevoir son prix des mains de Jean-Claude Lagrange, que FUEL-IT cherche à recruter des développeurs sur Chalon-sur-Saône.

Prix « Pépite » étudiant

Le dernier prix, remis par Laurent Champaney, a quant à lui été attribué à des étudiants bien connus de Nicéphore Cité, ceux de VR WAY OUT. Ces derniers projettent d’aménager des salles pour les besoins d’ « escape game » exploitant la réalité virtuelle.

Remarquant l’essor des « escape game », en France et en Europe – le territoire du Grand Chalon lui-même n’échappe pas à la tendance avec l’ouverture aux Chavannes de Saint-Marcel de la Timing Room** -, les quatre de VR WAY OUT entendent offrir aux concepteurs de telles salles de jeux la possibilité d’équiper ces dernières de technologies permettant d’augmenter la réalité. C’est-dire ? De permettre aux « escapers » de voir des explosions grâce à un casque spécial, ou éprouver des sensations délicates à obtenir en temps normal, par le biais d’un gant lui aussi très spécial.

Contrairement aux deux autres lauréats, ceux-ci empochent directement un chèque de 2 500 euros. Ils seront hébergés sur 12 mois au sein de l’espace de coworking et accompagné durablement dans le développement dans leur projet, notamment dans le cadre du dispositif PEPITE (Pôles étudiants pour l’innovation, le transfert et l’entreprenariat), le tout avec un statut national Etudiant-Entrepreneur, et un accès au FabLab de Nicéphore Cité.

Samuel Bon

*Lire l’article d’info-chalon.com :

http://www.info-chalon.com/articles/chalon-sur-saone/2017/09/15/32468/avec-la-future-cite-de-l-economie-et-de-l-ingenierie-numerique-lancee-hier-sebastien-martin-veut-offrir-plus-qu-un-vrai-quartier-a-chalon-sur-saone-une-place-centrale-au-sein-du-monde-economique-de-demain/

**Lire les articles d’info-chalon.com :

http://www.info-chalon.com/articles/saint-marcel/2017/08/07/31826/un-demarrage-sur-les-chapeaux-de-roues-pour-la-timing-room-de-delphine-et-thomas/

http://www.info-chalon.com/articles/saint-marcel/2017/07/17/31536/saint-marcel-des-le-5-aout-prochain-venez-percer-le-secret-de-nicephore-niepce-dans-les-locaux-de-la-timing-room-de-delphine-et-thomas/

 

 

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche