La CPME plaide pour que les préfets puissent localement décider la réouverture des commerces

Communiqué  :
La fermeture des « commerces non-essentiels » est incompréhensible alors que les commerçants de proximité ont respecté un protocole sanitaire strict et sont prêts, s’il le faut, à aller encore plus loin .

« De plus, se révolte Sébastien MIGNOT – président de la branche commerce de la CPME de Saône-et-Loire, il n’est pas admissible que d’autres types de commerces vendant les mêmes produits soient autorisés à rester ouverts. Cette distorsion de concurrence d’initiative gouvernementale ne peut rester en l’état ».
« Le commerce de proximité déjà fragilisé par le commerce en ligne, poursuit-il, est aujourd’hui en danger de mort. Quelle que soit la nature des aides gouvernementales, elles ne sauraient suffire à couvrir l’ensemble des pertes. Si rien ne change, les rideaux vont définitivement se baisser en masse partout à travers le territoire.
« Protéger l’économie » c’est aussi entendre la désespérance de ceux qui la font vivre au quotidien au cœur de nos villes et de nos villages ».
« Dans ce contexte, déclare le président Commerce, la CPME soutient sans réserve l’amendement du Rapporteur du projet de loi sur l’état d’urgence sanitaire, Philippe Bas, voté à l’unanimité par le Sénat, donnant aux préfets le pouvoir de « permettre la réouverture des commerces si les conditions sanitaires sont réunies. »
« Il revient maintenant aux députés, que nous allons tous sensibiliser sur ce sujet, de valider ce texte, montrant ainsi qu’eux aussi sont attachés à ce que le commerce de proximité puisse continuer à vivre ».

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche