REGIONALES - Pour Claire Mallard et Thierry Grosjean, la lutte contre le changement climatique pose la question de la démocratisation des politiques énergétiques régionales

Communiqué de presse

 

La lutte contre le changement climatique est désormais une préoccupation majeure des citoyens. Si la société est prête aux changements, les écologistes ont la responsabilité d’accompagner les transitions dans nos modes de vie et de faire preuve de pédagogie.  

 

Nous sommes ravis que la qualité de la liste Ecologiste et Solidaires portée par Stéphanie Modde, de par les parcours et la crédibilité des colistiers, mette au coeur du débat public et politique la transition énergétique et l’urgence climatique. Parce que le nucléaire ne sauvera pas le climat.

 

En effet, l’écologie est le pivot de cette élection. Face au dérèglement climatique et à l’effondrement de la biodiversité, nous poserons des actes forts en concertation avec les collectivités et les habitants.

 

Les solutions simples n’existent pas ! Nous sommes conscients qu’il existe un opportunisme financier qui cherche à profiter du déploiement industriel des éoliennes. Tout comme il existe un opportunisme politique qui veut profiter d’opposition locales. La transition énergétique repose en priorité sur les économies d’énergie puis sur le développement d’un bouquet d’énergies renouvelables, dont l’éolien, adapté aux spécificités des territoires. Les transitions ne s’imposent pas ! Nous préférons nous adresser à l’intelligence citoyenne bien informée, en privilégiant le dialogue et la concertation. Nous avons la volonté de soutenir des projets énergétiques adaptés aux besoins de territoires et de citoyens solidaires.

 

Il est vrai que la transparence et la concertation que nous prônons rompt avec l’opacité et la rigidité de la filière nucléaire. Des dizaines de milliards ont été engloutis dans une filière réduite à des rafistolages dangereux : il faut maintenant investir ailleurs.  Sinon les contribuables et usagers en paieront le prix fort. Tout le monde a encore en tête les erreurs de fabrication de la cuve EPR produite au Creusot.

 

La Bourgogne Franche-Comté est en retard dans sa production d’énergie renouvelable. Pour tendre vers plus d’autonomie énergétique du territoire, pour lutter contre la précarité énergétique et créer des milliers d’emplois locaux, nous mettrons en œuvre un vaste plan d’isolation des logements et passerons à la vitesse supérieure sur les mix d’énergies renouvelables.

 

C’est en valorisant des projets éoliens pertinents comme ceux du Jura, de la Nièvre et de la Côte d’Or, en s’appuyant sur un schéma régional éolien garant d’un déploiement équilibré et accepté de tous que nous contribuerons efficacement à la lutte contre le changement climatique et à la reconquête de la biodiversité. Pas en brassant du vent démagogique.

 

Claire Mallard tête de liste Saône-et-Loire et Thierry Grosjean 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche